Virelai sur les Hollandais

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Virelai sur les Hollandais


1672

A vous, marchands de fromage,
Salut, révérence, hommage,
A vous, marchands de fromage.
C’est à vous d’être en ombrage
De ce terrible équipage
Qu’on fait sur votre rivage.
C’est vous, pêcheurs de haran,
C’est vous, vendeurs de safran,
Qui prétendez d’un fromage
Faire au soleil un écran.
Peuple hérétique et maran,
Ennemi du Vatican,
Sur qui va fondre l’orage,
C’est trop faire de cancan
Et parler en maître Jean ;
Il faut changer de langage,
Et baisser de plus d’un cran
Cette fierté de courage.
En vain votre aréopage,
Votre nouvelle Carthage,
Met toute chose en usage
Pour détourner l’ouragan,
Et vous sauver du naufrage.
La foudre part du nuage,
Et va sécher marécage,
Rompre digue et ouatergan.
Vous avez beau mettre en page
La jupe et le calandran ‘,
Appeler le Castillan,
Le Walon et le Flaman,
Le Maure et l’Européan ;
Vous avez beau, comme un pan,
Déployer votre plumage,
Et faire grand étalage
De bois, de mâts, de cordage,
Et de soldats de louage ;
Votre lâche paysan,
Plus poltron à l’abordage
Et plus timide qu’un fan3,
Tournera bientôt visage,
Et sera comme un crocan.
Mandez lettres et message
Chez le Goth et l’Alleman,
Et dans tout le voisinage ;
Criez au meurtre, à l’outrage,
On me pille, on me saccage ;
Proposez un arbitrage,
Offrez des places d’otage;
Eussiez-vous pour partisan
Belzébut, Léviathan,
Et les pages de Satan,
Malgré votre tripotage,
Et votre patelinage,
Notre roi, vaillant et sage,
Notre invincible sultan
Ruinera ville et pacage,
Mettra votre or au pillage,
Vos personnes au carcan,
Et vos meubles à l’encan.
Ainsi l’on voit le milan,
A travers ronce et feuillage,
Fondre dessus l’ortolan,
La corneille ou le faisan ;
De même le cormoran
Gobe dans l’eau l’éperlan,
La sardine, et le merlan.
Jamais le grand Tamerlan
Ne fit chez le Musulman
Tant de bruit ni de ravage,
Lorsqu’il vainquit le Persan,
Extermina le Soudan,
Et qu’il mit en esclavage
L’illustre mahométan
Qu’il traîna dans une cage.
De son heureux mariage
Avec l’infante du Tage
Doit naître un puissant lignage,
Qui portera le carnage
Jusqu’aux terres du Liban,
Qui détruira l’Alcoran,
Et du monarque ottoman
Arrachera le turban.
Tandis, pour apprentissage,
Il verra dans son bas âge
Louis commencer l’ouvrage,
Lui tracer route et passage,
Et d’un superbe héritage
Augmenter son apanage.
Je ne suis sorcier ni mage,
Mais je prédis, et je gage,
Qu’on verra croître l’herbage
Dans les places d’Amsterdam,
Que Dordrecht et Rotterdam
Ne seront qu’un ermitage,
Qu’un lieu désert et sauvage.
Croyez-moi, pliez bagage,
Rompez trafic et ménage,
Vendez cruches et laitage,
Et passez à l’Indostan,
Dans quelque île de sauvage,
De nègre ou d’anthropophage :
Allez chez le prêtre Jean
Débiter l’orviétan,
La clinquaille et le ruban,
Et foire le personnage
De médecin, d’artisan,
De juif, ou de charlatan.
Mais, ma foi, c’est grand dommage
De s’amuser davantage
A barbouiller cette page
Pour y peindre votre image ;
Et chercher depuis Adan,
Depuis Sem, Japhet, et Can,
Jusques aux neiges d’entan,
Toutes les rimes en an,
Pour les avaleurs de bran.
Bonjour, bonsoir, et bon an.
Quand le pinson au bocage
Commencera son ramage ;
Dès que le premier fourrage
Nous permettra le voyage,
Vous verrez que mon présage
N’est rien moins qu’un badinage,
Et qu’un conte de roman.
A vous, marchands de fromage,
A vous, pêcheurs de haran,
Salut, révérence, hommage,
A vous, marchands de fromage.

 

– Au commencement de l’année 1672, Louis XIV avait fait attaquer par l’Angleterre, son alliée, la flotte des Hollandais, qui revenait de Smyrne. Il fit suivre cette attaque d’une déclaration de guerre de la France contre la Hollande, et il alla ensuite en Flandre se mettre à la tête d’une armée de cent soixante et dix mille hommes, la plus belle, la mieux équipée, la mieux disciplinée qu’on eût encore vue en France.
– Marie-Thérèse, femme de Louis XIV, fille de Philippe IV, roi d’Espagne, pays que le Tage arrose.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

1 commentaire
  1. Florence dit

    Génial, au même endroit on retrouve toute l’œuvre de La Fontaine. Du beau travail ! bravo à toute l’équipe.
    Et hop dans les favoris.
    Un nouveau site et quel site! toppppp!!!!!

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.