Prise de Besançon

0 85

Prise de Besançon


Je louerois Besançon, mais César l’a dépeint.
On sait que dans les airs son rocher va s’étendre.
Quoique voisin du ciel, nos armes l’ont contraint,
Après huit veilles, à se rendre.
Tout concouroit pour le défendre :
Le nom de ses guerriers, l’aspect de ses remparts.
Ibères et Germains, venus de toutes parts,
Voyoient entrer pour lui l’hiver même en leurs ligues…
Huit retours de l’aurore ont décidé son sort.
Louis est un torrent, dont les plus fortes digues
Ne sauroient arrêter l’effort.

Image par Adam François van der Meulen

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.