Précis sur La Fontaine par Diderot

0 88

Précis sur La Fontaine


Denis Diderot, né le 5 octobre 1713 à Langres et mort le 31 juillet 1784 à Paris, est un écrivain, philosophe et encyclopédiste français des Lumières, à la fois romancier, dramaturge, conteur, essayiste, dialoguiste, critique d’art, critique littéraire et traducteur.

Jean de La Fontaine rêveur

JEAN DE LA FONTAINE NAQUIT le 8 juillet 1621, à Château-Thierry.
Sa famille y tenait un rang honnête.
Son éducation fut négligée ; mais il avait reçu le génie, qui répare tout.
Jeune encore, l’ennui du monde le conduisit dans la retraite : le goût de l’indépendance l’en tira.
Il avait atteint l’âge de vingt-deux ans, lorsque quelques sons de la lyre de Malherbe, entendus par hasard, éveillèrent en lui la muse qui sommeillait.
Bientôt il connut les meilleurs modèles ; Phèdre, Virgile, Horace et Térence, parmi les Latins ; Plutarque, Homère et Platon, parmi les Grecs ; Rabelais, Marot et Durfé, parmi les Français ; le Tasse, Arioste et Bocace, parmi les Italiens.
Il fut marié, parce qu’on le voulut, à une femme belle, spirituelle et sage, qui le désespéra.
Tout ce qu’il y eut d’hommes distingués dans les lettres, le recherchèrent et le chérirent Mais ce furent deux femmes qui l’empêchèrent de sentir l’indigence.
La Fontaine, s’il-reste quelque chose de toi, et s’il t’est permis de planer un moment au-dessus des temps, vois les noms de La Sablière et d’Hervard passer avec le tien aux siècles à venir !
La vie de La Fontaine ne fut, pour ainsi dire, qu’une distraction continuelle. Au milieu de la société, il en était absent.
Presque imbécile pour la foule, l’auteur ingénieux, l’homme aimable ne je laissais apercevoir que par intervalle à des amis.
Il eut peu de livres et peu d’amis.
Entre un grand nombre d’ouvrages qu’il a laissés, il n’y a personne qui ne connaisse ses Fables et ses Contes ; et les particularités de sa vie sont écrites en cent endroits.
Il mourut le 16 mars 1695.
Gardons le silence sur ses derniers instants ; et craignons d’irriter ceux qui ne pardonnent point.
Ses concitoyens l’honorent encore aujourd’hui dans sa postérité.
Longtemps après sa mort, les étrangers allaient visiter la chambre qu’il avait occupée.
Une fois chaque année j’irai visiter sa tombe.

Ce jour-là je déchirerai une fable de Lamotte, un conte de Vergier, ou quelques-unes des meilleures pages de Grécourt.

Il fut inhumé dans le cimetière de Saint-Joseph, à côté de Molière.

Ce lieu sera toujours sacré pour les poètes et pour les gens de goût.

Denis Diderot

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.