Poèmes de La Fontaine

Poèmes de La Fontaine

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poèmes de La Fontaine :



Quand l’absurde est outré, l’on lui fait trop d’honneur
De vouloir, par raison, combattre son erreur.
Enchérir est plus court sans s’échauffer la bile.
Le Dépositaire infidèle.

Quinquina
C’est à la demande, non d’un médecin, non d’un apothicaire, mais de la charmante duchesse de Bouillon, que la Fontaine composa ce poème médical, consentit à célébrer les vertus de ce fébrifuge. La duchesse de Bouillon partageait l’engouement de la duchesse de Mazarin, sa sœur, pour cette précieuse écorce, dont l’anglais Tabor, qui se faisait appeler le chevalier Talbot, avait récemment propagé l’emploi en France, avec la recommandation, l’appui, de l’aimable Hortense.

Daphnis et Alcimadure
Il ne paraît pas que La Fontaine ait pensé a mettre au nombre de ses fables cette imitation de Théocrite. C’est une de ses dernières compositions , bien postérieure à la publication de ses apologues. Elle est dans le recueil de ses Œuvres diverses ( T. I. p. 141 ), recueil dont l’éditeur s’est borné aux pièces qui ne sont ni fables ni contes, comme il le déclare dans la Préface.
(1) Aimable fille d’une mère, etc. Quelle est cette mère à qui seule mille cœurs font la cour ? Si c’est une mère naturelle, l’éloge est bien exclusif: ce n’en est pas un pour la fille. Si c’est une mère poétique, n’y avoit-il alors que Vénus à qui l’on fît la cour ?…

Les filles de Minée
Les Filles de Minée, cette vieille tradition populaire, qui se retrouve jusque dans les contes de l’Afrique et de l’Australie, qui se perd dans les brouillards de la légende, sont, comme Philémon et Baucis, imitées par la Fontaine des Métamorphoses d’Ovide (livres IV et VII) ;

Adonis
Parmi les très nombreux écrivains qui ont raconte cette légende, ou qui y ont fait allusion, nous ne citerons ici que les deux poètes qui ont pu avoir quelque influence sur la Fontaine : Ovide et le chevalier Marini; le premier par ses vers, par son récit même, le second par la vogue qu’il donna à la fable d’Adonis. Pour Ovide, nous renvoyons au commentaire qui suit….

Philémon et Baucis
Cette fable grecque, grecque par les noms des personnages, est empruntée, comme le dit le titre, an livre VIII des Métamorphoses d’Ovide, vers 620-724 ? – le poète latin est moins alambiqué, moins subtil, plus ami du naturel et du bon goût que d’habitude….

La captivité de Saint Malc
Cest à l’instigation, à la requête, des solitaires de Port-Royal que la Fontaine composa ce poème tiré d’une lettre de saint Jérôme, traduite par Arnauld d’Andilly :
Epitstola divi Hieronymi de Vita Malchi monachi captivi scripta ante annum Christi 392.
Nous avouons ne pouvoir partager l’admiration qu’il inspira à quelques lecteurs, entre autres à J.-B. Rousseau, qui !e qualifia d’ « admirable » :…

“Poèmes de La Fontaine “

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.