Parodie de la Cigale et la Fourmi

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pierre-François de Rémusat est né le 4 octobre 1755, mort à Marseille le 7 février 1803.

Ma culotte ayant frotté
Tout l’été,
Se trouva fort décousue
Quand la bise fut venue ;
Pas un seul petit morceau
Qui ne fut un vrai lambeau.
Je fus montrer mon dommage
Au tailleur du voisinage,
Le priant de me prêter
Son secours pour me parer
Du triste sort qui m’afflige.
« Je vous paierai bien, lui dis-je,
Avant l’oût, foi de gascon,
Et l’étoffe et la façon. »
Ce tailleur ne prête guère,
C’est-là son moindre défaut.
« Que faisiez-vous au temps chaud ? »
Me dit le malin compère.
« Je restais au bal la nuit
Et le jour, ne vous déplaise. »
« Au bal ! hé, j’en suis bien aise,
Maintenant restez au lit. »

Pierre-François de Rémusat, “Parodie de la Cigale et la Fourmi

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.