Ode pour Madame

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ode pour Madame *


Henriette d’Angleterre, née le 16 juin 1644 à Exeter, Angleterre et décédée le 30 juin 1670 au château de Saint-Cloud, France, ou Henriette-Anne Stuart, en anglais Henrietta Anne Stuart of England, fille du roi Charles Ier d’Angleterre et d’Écosse et de la reine Henriette Marie de France.

1661

Pendant le cours des malheurs
Qu’enfante une longue guerre,
L’Olympe ému de nos pleurs
Voulut consoler la terre
Il fit naître la beauté
Qui tient Philippe arrêté,
Beauté sur toutes insignes
D’un présent si précieux
Si la terre était indigne,
C’est un don digne des Cieux.

Des trésors du firmament
Cette Princesse se pare,
Et les dieux, en la formant,
N’ont rien produit que de rare ;
Ils ont rendu ses appas
L’ornement de nos climats
Et la gloire de notre âge.
Le conseil des Immortels
Augmenta par cet ouvrage
Les honneurs de ses autels.

Elle reçut la beauté
De la reine de Cythère,
De Junon la majesté,
Des Grâces le don de plaire ;
L’éclat fut pris du Soleil,
Et l’Aurore au teint vermeil
Donna les lèvres de roses :
Lorsque d’un mélange heureux
Le Ciel eut uni ces choses,
Il en devint amoureux.

La Tamise sur ses bords
Vit briller et disparaître
Le riche amas des trésors
Qu’à peine elle avait vu naître ;
Elle eut honte qu’un objet,
De tant de vœux le sujet,
Cherchât une autre demeure
Heureuse, si pour toujours
Le Ciel eût à la même heure
Cessé d’éclairer son cours !

Les Anglais virent partir
La Princesse et tous ses charmes,
Sans qu’elle pût consentir
Qu’on la rendît à leurs larmes ;
Ces peuples, avant ce jour,
Glorieux de son séjour,
Se croyaient seuls dignes d’elle
Ils le croyaient vainement,
Car la France est d’une belle
Le véritable élément.

Bientôt, selon nos désirs,
Nous en devînmes les hôtes ;
Une troupe de Zéphyrs
L’accompagna dans nos côtes
C’est ainsi que vers Paphos
On vit jadis sur les flots
Voguer la fille de l’Onde,
Et les Amours et les Ris,
Comme gens d’un autre monde,
Étonnèrent les esprits.

Telle vint en ce séjour
La merveille que je chante
Elle crût, et notre Cour
Reprit sa face riante.
Autant que Mars florissait,
Amour alors languissait,
Levant à peine les ailes ;
L’astre né chez les Anglois,
A la honte de nos belles,
Le rétablit dans ses droits.

Que de princes amoureux
Ont brigué son hyménée !
Elle a refusé leurs vœux ;
Pour Philippe elle était née
Pour lui seul elle a quitté
Le Portugais indompté,
Roi des terres inconnues,
Le voisin du fier Croissant,
Et de nos Alpes chenues
Le monarque florissant

Philippe est un bien si doux,
Que c’est le seul qui l’enflamme ;
Sous les cieux que voyons-nous
Qui soit du prix de son âme ?
Les héritières des rois
Ont souhaité mille fois
D’en faire la destinée ;
C’est un plus glorieux sort
Que de se voir couronnée
Reine des sources de l’or.

Mais si son cœur est d’un prix
Pour qui la terre est petite,
L’objet dont il est épris
N’est pas d’un moindre mérite ;
Si sa beauté le surprit,
Des grâces de son esprit
De jour en jour il s’enflamme ;
La Princesse tient des Cieux
Du moins autant par son âme
Que par l’éclat de ses yeux.

Ils sont joints, ces jeunes cœurs
Qui du Ciel tirent leur race
Puissent-ils être vainqueurs
Des ans par qui tout s’efface !
Que de leurs désirs constants
Dure à jamais le printemps,
Rempli de jours agréables !
O couple aussi beau qu’heureux,
Vous serez toujours aimables ;
Soyez toujours amoureux.

Que de vous naisse un héros
Dont les palmes immortelles
Ne donnent aucun repos
Aux nations infidèles ;
Que ce fruit de vos amours
Égale aux herbes leurs tours,
Mette leurs villes en cendre ;
Et puisse un jour l’Univers
Devoir un autre Alexandre
Au Philippe de mes vers !

 

* Henriette d’Angleterre, fille de Charles Ier, roi d’Angleterre. Elle avait épousé Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV, le 31 mars 1661. Voyez ci-après la lettre que La Fontaine écrivit à Fouquet, en lui envoyant cette ode.
– Henriette naquit le 16 juin 1644, à Exeter en Angleterre au milieu des guerres civiles. Dix-sept jours après sa naissance.
sa mère, fille de Henri IV, fut obligée de chercher un asile en France : elle se retira dans le monastère de la Visitation de Chaillot, où Henriette fut élevée.
– Il parait d’après cette strophe, que la main d’Henriette fut demandée par Alphonse-Henri, roi de Portugal, qui approchait de sa majorité ; par l’empereur d’Autriche, alors âgé de vingt-un ans, et par Charles-Emmanuel, duc de Savoie, qui avait vingt-six ans. Madame de La Fayette, dans sa Vie d’Henriette d’Angleterre, ne fait aucune mention de ces particularités, qui peut être seraient ignorées sans cette ode de La Fontaine. On sait seulement qu’Anne d’Autriche parut désirer pendant quelque temps que Louis XIV épousât la princesse d’Angleterre ; mais il parait qu’il la trouva trop jeune. S’il la refusa pour femme, elle lui plut beaucoup comme belle-sœur.

Charles Athanase Walckenaer

Image : Par d’après Pierre Mignard — photo.rmn.fr, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15240817

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

« Les petits drames de notre fabuliste sont une imitation parfaite de la nature ; son style, plein de grâce, a toute la limpidité d'une pensée naïve et simple; néanmoins, on ne le comprend pas toujours. » Voltaire a dit aussi : « Les Fables de La Fontaine ont besoin de « notes, surtout pour l'instruction des étrangers. » Aimé-Martin

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.