Ode à Monsieur de La Fontaine

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ode à Monsieur de La Fontaine


Il vécut se croyant Poète ;
Il mourut et devint prophète.

Monsieur de La Fontaine,
Vous qui régnez au firmament,
Souffrez pourtant, puisqu’on vous aime,
Qu’on vous fasse compliment.
Tandis que votre nom résonne
Dans les amphis de la Sorbonne,
Dans nos théâtres, nos salons,
On vous tresse des oraisons
Jusqu’aux moindres chambres de bonnes !
Accolé aux subtils débats
Du Chêne et du Roseau,
De la Belette et du Lapin Jeannot,
Le voici de tous les combats ;
Recréant pour nous l’univers
De la Comédie à cent actes divers.
Nous recueillons un héritage
Qui s’accroît quand on le partage !
Et si l’on crie encor parfois :
«Vive la ligue ! Vive le roi !»
C’est que tout change en l’univers,
À chaque instant… hormis vos vers !
Troupe de tromperies légères,
Vérités, qu’on croit mensongères,
Gravées au fronton du Parnasse,
Vos fables préservent leur grâce.
Souffrez pourtant qu’on vous l’apprenne :
On vous aime… Monsieur La Fontaine !

Yves Tarantik

«Le Sage, dit Sextus Empiricus 1, dit qu’il y a une grande différence entre mentir et dire un mensonge ; et que le Sage peut dire un mensonge, c’est-à-dire proposer une fiction pour établir la vérité, mais qu’il ne peut mentir, c’est-à-dire proposer une fiction pour détruire la vérité. »

1. Philosophe, astronome et médecin grec. Il fut actif vers 190, enseigna à Mytilène et fut Chef de l’Ecole Sceptique.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.