Ode. A Mme La Surintendante

Ode. A Mme La Surintendante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A Mme La Surintendante


Ode anacréontique,
Sur ce qu’elle est accouchée avant terme, dans le carrosse, en revenant de Toulouse.

1658

Puis-je ramentevoir l’accident plein d’ennui
Dont le bruit en nos cœurs mit tant d’inquiétudes ?
Aurai-je bonne grâce à blâmer aujourd’hui
Carrosses en relais, chirurgiens un peu rudes ?
Falloit-il que votre œuvre imparfait fût laissé ?
Ne le deviez-vous pas rapporter de Toulouse ?
A quoi songeoit l’Amour qui l’avoit commencé,
Et sont-ce là des traits de véritable épouse ?

Ne quittant qu’avec peine un mari par trop cher,
Et le voyant partir pour un si long voyage,
Vous le voulûtes suivre, il ne put l’empêcher;
De vos chastes amours vous lui dûtes ce gage.

Dites-nous s’il devoit être fille ou garçon,
Et si c’est d’un Amour, ou si c’est d’une Grâce
Que vous avez perdu l’étoffe et la façon,
A quelque autre poupon laissant libre la place ?

Pour tons les fruits d’hymen qui sont sur le métier,
Carrosses en relais sont méchante voiture.
Votre poupon, au moins, devoit avoir quartier :
Il étoit digne, hélas ! de plus douce aventure.

Vous l’auriez achevé sans qu’il n’y manquât rien,
De Grâces et d’Amours étant bonne ouvrière.
Dieu ne l’a pas voulu, peut-être pour un bien ;
Aux dépens de nos cœurs il eût vu la lumière.

Olympe, assurément vous auriez mis au jour
Quelque sujet charmant et peut-être insensible.
Votre sexe ou le nôtre en seroit mort d’amour :
Mais nous ne gagnons rien ; c’est un sort infaillible.

Ce miracle ébauché laisse ici frère et sœurs.
Chez vous, mâle et femelle il en est une bande :
Un seul étant perdu ne nous rend point nos cœurs ;
De ceux qui sont restés la part sera plus grande.

Analyses et explications de Ch. Marty-Laveaux :

Cette Ode, adressée à Marie-Madeleine Castille Villemareuil, seconde femme de Fouquet, a été publiée pour la première fois en 1811, à la suite de l’Histoire de la vie et des ouvrages de La Fontaine, par Mathieu Marais (in-12, page 123), par Chardon de la Rochette. Il dit en parlant de cette pièce, et de celles qui portent dans notre recueil les nos XIV et XXII : « Les feuilles volantes qui les contiennent et qui, par un hazard heureux, sont tombées entre mes mains, sont précisément celles que Pellisson envoyoit à Fouquet ; elles sont apostillées de sa main et écrites par un excellent calligraphe. »
(Ch. Marty-Laveaux, Paul Daffis, 1877)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.