Notice de Nicolas Fouquet

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nicolas Fouquet, marquis de Belle-Île, vicomte de Melun et Vaux, né en janvier 16152 à Paris, mort le 23 mars 1680 à Pignerol, est un homme d’État français de haut rang, surintendant des finances à l’époque de Mazarin, procureur général au parlement de Paris.

“Fouquet, dans le moment de sa plus grande fortune, et, à ce qu’il croyait, de sa plus haute faveur, fut arrêté à Nantes le S septembre 1661, c’est-à-dire dix-neuf jours après avoir donné à Louis XIV et à toute sa cour une fête splendide dans son superbe château de Vaux. Les rigueurs du roi à son égard firent craindre qu’on eut le dessein de le faire périr. La Fontaine s’adresse dans cette élégie aux nymphes de Vaux ; il leur confie ses douleurs sur le malheur de son ami, et il les supplie de fléchir le roi en faveur de celui qui a embelli leurs demeures avec tant de magnificence. l’Histoire de la vie et des ouvrages de La Fontaine. Walckenaer”

Nicolas Fouquet
Nicolas Fouquet

Nicolas Fouquet, surintendant des finances, naquit à Paris en 1615. Son père François Fouquet, armateur de Bretagne, avait fait le commerce avec les colonies. Appelé par le cardinal de Richelieu à faire partie du conseil de marine et du commerce, on dit qu’il fut le seul juge du maréchal de Marillac qui n’opina point à la mort. Fouquet fut d’abord maître des requêtes et procureur-général au parle­ment ; en 1653, conjointement avec Servien, il occupa la charge de surintendant des finances. Enfin, le 21 février 1659, il fut promu à la pleine et entière possession de l’intendance des finances. Il possédait une grande fortune ; mais sa magnificence, sa générosité envers les savants et les gens de lettres, et surtout sa prodigalité, dépassèrent tout ce qu’on peut s’imaginer. La dépense de sa maison était considérable, et le château de Vaux lui avait coûté plus de 18,000,000. On sait que c’est à la suite d’une fête qu’il donna dans le château de Vaux, au roi et à toute la cour, le 10 août 1660, que sa disgrâce fut décidée. On l’arrêta à Nantes le 5 septembre suivant par ordre de Louis XIV, et il fut jugé et condamné par une commission composée en grande partie de ses ennemis.

Le bannissement fut converti en une détention perpétuelle. Fouquet fut transféré le 22 décembre pour Pignerol, où il resta enfermé jusqu’à sa mort, en mars 1680. IL fut ramené à Paris et inhumé dans l’église du couvent des dames Sainte-Marie, rue Saint-Antoine, le 20 mars 1680.

Image source  :  wikimedia.org

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.