Maximes et vers de La Fontaine T

Maximes et vers de La Fontaine

0 88

ABCDEFGHIJLMNOPQRSTUV
Chiffres Romains : le Livre – Chiffres Arabes : la fable.

Tables :

Jupin pour chaque état mit deux tables au monde :

L’adroit, le vigilant, et le fort, sont assis
A la première ; et les petits
Mangent leur reste à la seconde. X. 7

Taire ( se ) :

Il est bon de parler, et meilleur de se taire ;
Mais tous deux sont mauvais alors qu’ils sont outrés, VIII. 10

Talent :

Ne forçons point notre talent :
Nous ne ferions rien avec grâce. IV. 5.

Taupinée :

La moindre taupinée était mont à ses yeux. VIII, 9.

Tempérament :

Quoi qu’on fasse,
Propos, conseil, enseignement.
Rien ne change un tempérament. VIII, 15,

Voy. Rien de trop.

Tempérance :

Chose étrange! on apprend la tempérance aux chiens,
Et l’on ne peut l’apprendre aux hommes ! VIII, 7

Temps :

Ses soins ne purent faire
Qu’elle échappât au temps , cet insigne larron. VII, 5.

Le temps, qui toujours marche, avait pendant deux nuits
Échancré, selon l’ordinaire.
De l’astre au front d’argent la face circulaire. XI, 6.

Tête :

Pauvre bête,
Tandis qu’à peine à tes pieds tu peux voir,
Penses-tu lire au-dessus de ta tête ? II, 12.

Voy. Cervelle, couronne.

Thésauriseur :

Un homme accumulait. On sait que cette erreur
Va souvent jusqu’à la fureur.
Celui-ci ne songeait que ducats et pistoles.
Quand ces biens sont oisifs, je tiens qu’ils sont frivoles. XII, 3

Tiens :

Un Tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux Tu L’auras :
L’un est sûr, l’autre ne l’est pas. V, 3.

Voy. Sou.

tout :

Cette fille voulait aussi
Qu’il eût du bien, de la naissance,
De l’esprit, enfin tout. Mais qui peut tout avoir ! VII. 4

Travail :

Le travail est un trésor. V. 9

Voy. Peine.

Tristesse :

Sur les ailes du temps la tristesse s’envole. VI. 21

Trompette :

Et les petits en même temps
Voletant, se culbutant, Délogèrent tous sans trompette. IV. 22

Trompeur :

… C’est double plaisir de tromper le trompeur. II. 14
Il n’est pas malaisé de tromper un trompeur. X. 5

  • Maximes et vers de La Fontaine

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.