Martin bâton ?

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Définitions de : Martin bâton


“Oh ! oh ! quelle caresse ! et quelle mélodie !
Dit le Maître aussitôt. Holà, Martin bâton ! ”
Martin bâton accourt ; l’Âne change de ton.
Ainsi finit la comédie.
Liv. IV, fab. 5. – L’Âne et le petit Chien

“Homme armé d’un bâton, et, par extension, le bâton personnifié qui sert à battre les animaux récalcitrants.”

l-ane-et-le-chien-jjgrandvilleCette dénomination populaire que La Fontaine a probablement empruntée de Rabelais, tire son origine, selon Fleury de Bellingen, des grands marteaux eu usage dans les forges de Vienne en Dauphiné. Il ajoute que ces forges sont nommées les martinets, parce qu’elles sont établies près de l’église et dans la paroisse de Saint-Martin, Voy. Étym. des Prov., liv. Il, eh, 40, § 14-2, p. 248, 249.
— Je ferai observer que l’on nomme martinets, non les forges, en général, mais les marteaux qui y sont employés, et dont celles de Vienne, en Dauphiné, pourraient avoir emprunté leur nom. — Ne pourrait-on pas indiquer comme racine du mot Martin, dans la locution Martin bâton, le monosyllabe mart, qui parait avoir signifié tout ce qui sert à frapper, et d’où nos mots marteau, martinet, etc. Ce monosyllabe mart offre quelque analogie avec l’hébreu marahh, marakh, frapper, contundere. On aurait pu ensuite donner, par plaisanterie, le nom de Martin, Martin bâton, au valet chargé de corriger, par des coups de bâton, l’impertinence de l’âne.

Il serait possible aussi que l’origine de ce nom remontât jusqu’au roman du Renard. Isangrin (le loup) ravage le troupeau de maître Martin : celui-ci lui tend un piège dans lequel tombe le loup. Martin survient, et lui dit qu’il va bientôt lui apprendre, au moyen de son bâton, » comment maître Martin a nom. » Cela dit, il étrille mon drôle d’importance.

  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.