Lettres de Jean de La Fontaine

Correspondances de La Fontaine

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Correspondances de Jean de La Fontaine


..Ces lettres, qu’il adresse à sa femme, à ses amis, à ses protecteurs, celles que lui adressent les Conrart, Vergier, Racine, Maucroix et quelques autres contemporains, jettent une vive lumière sur le caractère de l’homme, sur la situation à part que la société d’alors lui fit, sur le monde où il était reçu, et les éminentes relations qu’il s’était créées, enfin sur le cours d’ailleurs fort peu accidenté d’une carrière tout entière adonnée et abandonnée à la poésie, et que la poésie colore seule de ses divins rayons. On ne voit pas seulement, dans cette partie de ses œuvres, s’épanouir le génie familier de La Fontaine… Louis Moland.*

 

  1. A Monseigneur le Dauphin
  2. I. A M. Jannart
  3. II Au même
  4. III. Au même
  5. IV. Au même
  6. V. Au même
  7. VI. Au même
  8. VII. Au même
  9. VIII. A M. ***, en lui envoyant les vers pour et contre madame Colletet
  10. IX. A M. Fouguet. Relation de l’entrée de la reine dans Paris, le 26 août 1660
  11. X. Au même, en lui envoyant l’ode sur le mariage de Monsieur
  12. XI. A M. de Maucroix. Relation d’une fête donnée à Vaux
  13. XII. Au même
  14. XIII. A M. Fouquet.+-
  15. XIV. De Colbert à La Fontaine
  16. XV. A M. Bafoy
  17. XVI. A madame la duchesse de Bouillon.
  18. XVII. A mademoiselle de Champmeslé
  19. XVIII. A la même
  20. XIX. A M. de Troyes
  21. XX. A M. Racine
  22. XXI. A M. de Bonrepaux
  23. XXII. Au même
  24. XXIII A madame la duchesse de Bouillon, P.
  25. XXIV. Réponse de M. de Saint-Evremond
  26. XXV. A M. de Saint-Évremond
  27. XXVI. A M. l’abbé Verger
  28. XXVII. Réponse de M. l’abbé Verger
  29. XXVIII. A madame Ulrich
  30. XXIX. A la même
  31. XXX. A S. A. S. Monseigneur le prince de Conti
  32. XXXI. A S. A. S. Monseigneur le prince de Conti – II
  33. XXXII. A S. A. S. Monseigneur le duc de Vendôme
  34. XXXIII. A S. A. S. Monseigneur le prince de Conti
  35. XXXIV. A mesdames d’Hervart, de Virville et de Gouvernet
  36. XXXV. A M. le chevalier de Sillery
  37. XXXVI. A M. de Maucroix
  38. XXXVII. Au même
  39. XXXVIII. Réponse de M. de Maucroix
  40. Lettre à M. D. C. A. D. M…

1 – Il faut avouer pourtant que le nom de Ronsard, pour le peu qu’il se trouve chez La Fontaine, n’y figure guère autrement ni mieux que chez les autres contemporains ; dans une lettre de lui à Racine (1686), on lit : Ronsard est dur, sans goût, sans choix, etc. ; et il lui oppose Racan, si élégant et agréable malgré son ignorance. La Fontaine, qui se laissait dire beaucoup de choses aisément, avait pour lors adopté sur Ronsard l’opinion courante, et un peu oublié ce qu’autrefois le vieux Colletet lui avait en raconter. (Article écrit dans le Globe (15 septembre 1827), à propos des Fables de La Fontaine rapprochées de celles des autres auteurs par M. Robert…)

Lettres à la femme de La Fontaine :

Jean de La Fontaine et son oncle par alliance Jannart (ou Jeannart, comme l’écrit parfois notre poète) quittaient Paris pour le Limousin, où le roi faisait souvent reléguer les personnes tombées en disgrâce.

  1. Clamart, le 25. Août 1663
  2. Amboise, le 30. Août 1663
  3. Richelieu, ce 3 Septembre 1663
  4. Châtellerault, ce 5 Septembre 1663
  5. Limoges, ce 12 Septembre 1663
  6. Limoges, ce 19 Sep. 1663.

Opuscules en proses :

  1. Remerciement prononcé à l’Académie française
  2. A monseigneur le prince de Conti – Comparaison d’Alexandre, de César, et de M. le prince
  3. Considérations sur les Dialogues de Platon

Lettres inédites :

  1. Lettre à P. Bouhours*
  2. Lettre à M…*
  3. Lettres à Maucroix*
  4. Lettre de La Fontaine à sa femme*

 

  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.