Lettre de La Fontaine à sa femme

Lettre de La Fontaine à sa femme

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lettre de La Fontaine à sa femme


Il y a assez de temps. Mademoiselle, que je suis sorti de la province où vous êtes, pour confesser que j’ai tort de ne vous avoir pas réitéré les services que je vous ai plusieurs fois offerts, puisque vous m’aviez donné la permission de vous écrire. C’est une faveur, il est vrai, que je ne devois pas tant négliger; vous en accordez trop rarement, pour n’en pas profiter, et j’ai pris la résolution de faire tant de cas de celles qui viendront de vous, que je proteste devant vos beaux yeux de faire désormais mon possible pour en mériter d’autres. Ce sera, Mademoiselle, toujours en qualité de votre très-humble et très-obéissant serviteur.

La Fontaine.


1. Publié par J.-F. de Bastide, do Marseille, dans une Lettre sur La Fontaine  à M. L'”  (voy. l’Esprit des journaux, décembre (1774), d’après l’original qui lui aurait été communiquée par la petite-fille de La Fontaine : « La vétusté du papier, dit-il, déposait encore en faveur de ce monument. Je la lus, il me fut permis d’en prendre copie…..Vous jugez, aisément, ajoute-t-il, que de la part d’un homme aussi ingénu, aussi naturel que La Fontaine, une lettre où règne autant d’affectation ne peut être dictée que par l’esprit de plaisanterie, et l’on ne plaisante pas avec étude les personnes qu’on ne peut souffrir, lorsqu’on est très-naturel. C’est ici un badinage que j’accorde fort bien avec la bonhomie, quoiqu’il soit inspiré par la réflexion. » J.-F. de Bastide publia cette lettre, à la prière de la famille de La Fontaine, pour prouver que notre poète n’était pas en aussi mauvaise intelligence avec sa femme, que ses biographes s’accordent à le dire.


(Paul Lacroix, Conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal. Œuvres inédites de J. de La Fontaine: avec diverses pièces en vers et en prose qui lui ont été attribuées – L. Hachette et Cie., 1863)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.