Lettre de Colbert à M. de La Fontaine

Lettre de Colbert à M. de La Fontaine

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lettre de Colbert à M. de La Fontaine.


A Fontainebleau, le 7 août 1666.

Monsieur,

Le roi ayant été informé que les officiers des forêts dépendant du duché de Château-Thierry ont pris des chauffages sur un pied excessif, même hors des années de leurs exercices, et commis une infinité d’autres malversations dans lesdites forêts, sa majesté m’a commandé de vous écrire ces lignes de sa part, pour vous dire que son intention est que vous en fassiez faire une exacte recherche; et, qu’en même temps, vous examiniez leurs titres, afin que, si ces jouissances sont mal fondées, vous en fassiez faire l’imputation sur le remboursement qu’ils doivent recevoir de leurs offices.
Je suis,

MONSIEUR,
Votre très humble et très obéissant serviteur, Colbert.

 

Cette lettre et la suivante sont publiées ici pour la première fois : elles nous ont été communiquées par M. Delort, auteur de plusieurs ouvrages qui renferment des recherches aussi curieuses qu’exactes.

(Œuvres de La Fontaine , Walckenaer, Lefèvre, 1827)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.