Lettre à Monsieur Jannart VIII

Lettre à Monsieur Jannart

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lettre à Monsieur Jannart VIII.


Château-Thierry, le 31 juillet 1662

Je vous envoie copie de la dernière quittance que je retrouve dans mes papiers et qui est du vivant de mon père. On peut compter sur cette copie comme si on avait l’original que je n’ai pas voulu envoyer de peur qu’il ne se perdît ; il est de la main de ma sœur, signé de M. de Villemontée ; mais comme je ne sais s’il n’a point été donné depuis d’autre argent, vous demanderez à ma sœur un mémoire de ce qu’elle prétend être du de reste, et vous verrez si cela se rapporte à cette quittance. Je crois que mon père est mort la même année incontinent après. Cela n’importe.

Dans le mémoire des quittances que vous m’avez envoyé, je vois que la dernière est du 3 avril 59. Cependant vous devez en avoir une de l’été passé. Elle est de cinq cents livres, quoique je n’en aie donné que 422. C’est à moi d’acquitter le reste que je retins et vous me donnâtes les cinq cents livres en partant pour aller en Bretagne. Je vous envoie aussi un mémoire des intérêts à rabattre, suivant la date des sommes payées. Faute de table d’intérêts, le calcul n’est pas tout à fait juste et peut-être y a-t-il quelque chose de plus ou de moins sur le tout. Cela sera aisé de régler en ce pays-là.

On vous parlera peut-être en ce pays-là d’une certaine affaire qui concerne M. Mornival et on vous priera si possible de faire en sorte qu’il y ait défenses contre un arrêt qu’il a obtenu touchant un mariage que veut faire sa fille contre son consentement. Comme vous ne savez pas qui a le droit et qui a le tort, le plus court est de ne vous en point mêler, et je vous en prie.

La Fontaine

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.