Lettre à Monsieur Jannart VI

Lettre à Monsieur Jannart

0 190

Lettre à Monsieur Jannart VI.


Reims, ce 19 août 1658

Monsieur mon oncle,

Je vous renvoie le calcul de ma sœur, bien différent du mien. La différence vient de ce que, dans le mémoire des quittances que vous m’avez envoyées, il y en a une de 400 livres, du 2 septembre 1656, dont il n’est point fait mention dans le mémoire de ma sœur; et peut-être impute-t-elle cela sur les arrérages qui précèdent la dernière quittance de 57, dont je vous ai envoyé copie car mon père n’était pas encore mort, et possible avez-vous payé, en son acquit, ces 400 livres pour les arrérages de la rente ; car il me souvient qu’environ ce temps vous fournîtes quelque argent pour lui à Paris, qu’il rendit à Jeanne Brayer. Vous n’avez qu’à voir les termes de cette quittance de 400 livres. Le mécompte vient aussi de ce que je n’imputais pas les sommes données sur les arrérages précédents fait à fait * qu’elles ont été données ; mais je faisais un gros de tous ces arrérages jusqu’à présent, et je le déduisais sur les sommes données et sur l’intérêt, et en cela ma sœur pourrait bien avoir raison ; mais dans son mémoire il y a une erreur de 240 livres ou environ, que j’ai marquée à la marge. C’est pourquoi la chose vaut bien la peine que vous fassiez calculer le tout sur une table d’intérêts : je n’en ai point en ce pays-ci.
Je ne puis aller à Paris de plus d’un mois, et ne m’y crois nullement nécessaire ; je vous écris de Reims, où vos lettres m’ont été envoyées. Je serai dans trois ou quatre jours à Chaury. Ma sœur me mande qu’elle a fort affaire d’argent : c’est à vous de prendre votre commodité.

La Fontaine

* C’est-à-dire à mesure qu’elles ont été données. Fait à fait est une locution picarde et champenoise, que notre poète avoit employée dans la première édition de la fable intitulée le Coche et la Mouche, mais qu’il a depuis fait disparoître.
Fait à fait que le char chemine.
Fables nouvelles et autres poésies, 1671, p. 5.

(Œuvres de Jean de La Fontaine, Charles A. Walckenaer – Lefèvre, 1823)

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.