Les deux Mulets, Charles Beaulieu

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Dans un de ces marchés nommés Charabara.
Lieux, où toujours, grâce à la hâblerie,
Maquignon, maquignonera
Quiconque est écolier en l’art de tromperie :
Dans ces lieux, disons-nous, que fuit la bonne foi,
Deux mulets revendus, tout fiers de leur emploi,
Glosaient sur maint cheval,maint baudet,ou bourrique,
Qui n’avaient pas comme eux su plaire à la pratique.
Un âne se fâcha de leur ion goguenard.
L’un des mulets lui dit : Est-ce que par hasard ,
Tu ne sais pas qu’ici Ton regarde à l’échiné ,
Bien plus qu’à nos talents, bien plus qu’à notre mine?
La bête avait raison : Au pays du trafic,
L’esprit public,
Dans tout ce qui paraît être utile en affaire,
C’est le solide qu’il préfère.

Charles Beaulieu 18??-????

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.