Les Dessins de Gilles Sadeler

Les Dessins de Sadeler

0 150

Les Dessins de Sadeler :


gilles-sadelerGilles Sadeler, célèbre graveur né à Anvers en 1570, publia à Prague en 1608 sous le titre de Theatrum morum (Théâtre des mœurs) un recueil de 1o3 fables empruntées à Ésope et à d’autres auteurs. Chaque fable, rédigée en allemand, comprend un récit d’environ dix vers et une moralité en prose composée de citations empruntées à la Bible ou à l’histoire ; elle est précédée d’une figure à mi-page dessinée et gravée au burin par Sadeler. Il y a en outre un frontispice qui explique le titre de Theatrum morum.
En 1644, Guillaume Le Bé, libraire à Paris, fit traduire en vers par un anonyme les 1o3 fables de Sadeler et reproduire sur bois ses figures avec le titre de Théâtre des animaux.
En 1659, Claude Cramoisy, libraire célèbre, ayant acquis les planches de Sadeler, fit traduire en prose française les fables allemandes par Raphaël du Fresne. Il remplaça dans le frontispice le titre de Theatrum morum par Figures diverses tirées des Fables d’Esope et d’autres et expliquées par R. D. F. (figure 23). Il ne fit pas attention que le frontispice est inintelligible sans le titre de Theatrum morum dont il est l’explication, comme nous allons le démontrer.
Sur une terrasse bordée par une élégante balustrade se tiennent des hommes aussi différents par la physionomie que par le costume; trois d’entre eux regardent par-dessus la balustrade les animaux qui sont placés au bas de la terrasse. Au milieu de la balustrade est assis, vêtu d’un manteau antique, ayant une couronne sur la tête, le Créateur de l’univers qui tient de la main droite une lance et un cor, et de la main gauche une sphère céleste. Au bas de la terrasse, on voit un Aigle aux ailes éployées, le cou et le bec tendus vers un Chamois qui saute de rocheren rocher; un Éléphant, la trompe levée; un Singe tourné de face, un Taureau baissant les cornes pour frapper, un Lion assis et regardant à droite, un Renard tenant un poisson dans la gueule, trois Fourmis, une Abeille et une Taupe. La Fontaine y fait allusion dans des vers célèbres :
Une ample comédie à cent actes divers,
Et dont la scène est l’univers. Hommes, Dieux, animaux, tout y fait quelque rôle.

Le rat et l’huître par Sadeler
Le rat et l’huître par Sadeler

Plusieurs figures de Sadeler ont été décrites par La Fontaine et ont servi à Chauveau, notamment le Rat et l’Huître que nous reproduisons (figure 24) : à droite, la mer avec des bateaux, et, sur la côte, deux voyageurs ; à gauche, une campagne séparée du rivage par une suite de rochers qui aboutissent à un promontoire; au milieu d’Huîtres jetées par les vagues sur la grève, une Huître entr’ouverte et un Rat y introduisant sa tête.

(Iconographie des fables de La Fontaine, La Motte, Dorat, Florian : avec une étude sur l’iconographie antique, par Eugène Lévêque… Lévêque, Eugène, E. Flammarion (Paris) 1893.)

« Les petits drames de notre fabuliste sont une imitation parfaite de la nature ; son style, plein de grâce, a toute la limpidité d'une pensée naïve et simple; néanmoins, on ne le comprend pas toujours. » Voltaire a dit aussi : « Les Fables de La Fontaine ont besoin de « notes, surtout pour l'instruction des étrangers. » Aimé-Martin

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.