Le petit chien qui secoue de l’argent et des pierreries

0 68

icon-angle-double-right Contes de La Fontaine

La clef du coffre-fort et des cœurs c’est la même:
Que si ce n’est celle des cœurs,
C’est du moins celle des faveurs:
Amour doit à ce stratagème
La plus grand’part de ses exploits:
A-t-il épuisé son carquois,
Il met tout son salut en ce charme suprême.
Je tiens qu’il a raison; car qui hait les présents?
Tous les humains en sont friands,
Princes, rois, magistrats. Ainsi, quand une belle
En croira l’usage permis,
Quand Vénus ne fera que ce que fait Thémis,
Je ne m’écrierai pas contre elle.
On a bien plus d’une querelle
A lui faire sans celle-là.
Un juge mantouan belle femme épousa.
Il s’appelait Anselme; on la nommait Argie;
Lui, déjà vieux barbon; elle, jeune et jolie,
Et de tous charmes assortie.
L’époux, non content de cela,
Fit si bien par sa jalousie,
Qu’il rehaussa de prix celle-là qui d’ailleurs
Méritait de se voir servie
Par les plus beaux et les meilleurs.
Elle le fut aussi: d’en dire la manière,
Et comment s’y prit chaque amant,
Il serait long: suffit que cet objet charmant
Les laissa soupirer, et ne s’en émut guère.
Amour établissait chez le juge ses lois;
Quand l’Etat mantouan, pour chose de grand poids
Résolut d’envoyer ambassade au saint-père.
Comme Anselme était juge, et de plus magistrat,
Vivait avec assez d’éclat,
Et ne manquait pas de prudence,
On le députe en diligence.
Ce ne fut pas sans résister
Qu’au choix qu’on fit de lui consentit le bon homme:
L’affaire était longue à traiter;
Il devait demeurer dans Rome
Six mois, et plus encor; que savait-il combien?
Tant d’honneur pouvait nuire au conjugal lien:
Longue ambassade et long voyage
Aboutissent à cocuage.
Dans cette crainte notre époux
Fit cette harangue à la belle:
On nous sépare, Argie; adieu, soyez fidèle
A celui qui n’aime que vous.
Jurez-le-moi: car, entre nous,
J’ai sujet d’être un peu jaloux.
Que fait autour de notre porte
Cette soupirante cohorte?
Vous me direz que jusqu’ici
La cohorte a mal réussi:
Je le crois; cependant, pour plus grande assurance,
Je vous conseille en mon absence
De prendre pour séjour notre maison des champs:
Fuyez la ville et les amants,
Et leurs présents;
L’invention en est damnable;
Des machines d’Amour c’est la plus redoutable:
De tout temps le monde a vu Don
Etre le père d’Abandon:
Déclarez-lui la guerre; et soyez sourde, Argie,
A sa soeur la Cajolerie.
Dès que vous sentirez approcher les blondins
Fermez vite vos yeux, vos oreilles, vos mains.
Rien ne vous manquera; je vous fais la maîtresse
De tout ce que le ciel m’a donné de richesse:
Tenez, voilà les clefs de l’argent, des papiers;
Faites-vous payer des fermiers:
Je ne vous demande aucun compte.
Suffit que je puisse sans honte
Apprendre vos plaisirs; je vous les permets tous,
Hors ceux d’amour, qu’à votre époux
Vous garderez entiers pour son retour de Rome.
C’en était trop pour le bon homme:
Hélas! il permettait tous plaisirs, hors un point
Sans lequel seul il n’en est point.
Son épouse lui fit promesse solennelle
D’être sourde, aveugle, et cruelle;
Et de ne prendre aucun présent:
Il la retrouverait au retour toute telle
Qu’il la laissait en s’en allant,
Sans nul vestige de galant.
Anselme étant parti, tout aussitôt Argie
S’en alla demeurer aux champs;
Et tout aussitôt les amants
De l’aller voir firent partie.
Elle les renvoya: ces gens l’embarrassaient,
L’attiédissaient, l’affadissaient,
L’endormaient en contant leur flamme;
Ils déplaisaient tous à la dame,
Hormis certain jeune blondin
Bien fait, et beau par excellence;
Mais qui ne put par sa souffrance
Amener à son but cet objet inhumain.
Son nom c’était Atis, son métier, paladin:
Il ne plaignit en son dessein
Ni les soupirs ni la dépense.
Tout moyen par lui fut tenté:
Encor si des soupirs il se fut contenté!
La source en est inépuisable;
Mais de la dépense c’est trop.
Le bien de notre amant s’en va le grand galop;
Voilà notre homme misérable.
Que fait-il? il s’éclipse, il part, il va chercher
Quelque désert pour se cacher.
En chemin il rencontre un homme,
Un manant, qui fouillant avecque son bâton,
Voulait faire sortir un serpent d’un buisson;
Atis s’enquit de la raison.
C’est, reprit le manant, afin que je l’assomme.
Quand j’en rencontre sur mes pas,
Je leur fais de pareilles fêtes.
– Ami, reprit Atis, laisse-le; n’est-il pas
Créature de Dieu comme les autres bêtes?
Il est à remarquer que notre paladin
N’avait pas cette horreur commune au genre humain
Contre la gent reptile et toute son espèce;
Dans ses armes il en portait,
Et de Cadmus il descendait,
Celui-là qui devint serpent sur sa vieillesse.
Force fut au manant de quitter son dessein;
Le serpent se sauva; notre amant à la fin
S’établit dans un bois écarté, solitaire:
Le Silence y faisait sa demeure ordinaire;
Hors quelque oiseau qu’on entendait,
Et quelque écho qui répondait.
Là le bonheur et la misère
Ne se distinguaient point, égaux en dignité
Chez les loups qu’hébergeait ce lieu peu fréquenté.
Atis n’y rencontra nulle tranquillité.
Son amour l’y suivit; et cette solitude,
Bien loin d’être un remède à son inquiétude,
En devint même l’aliment
Par le loisir qu’il eut d’y plaindre son tourment.
Il s’ennuya bientôt de ne plus voir sa belle.
Retournons, ce dit-il, puisque c’est notre sort.
Atis, il t’est plus doux encor
De la voir ingrate et cruelle
Que d’être privé de ses traits,
Adieu, ruisseaux, ombrages frais,
Chants amoureux de Philomèle;
Mon inhumaine seule attire à soi mes sens;
Eloigné de ses yeux, je ne vois ni n’entends.
L’esclave fugitif se va remettre encore
En ses fers, quoique durs, mais, hélas! trop chéris.
Il approchait des murs qu’une fée a bâtis,
Quand sur les bords du Mince, à l’heure que l’Aurore
Commence à s’éloigner du séjour de Téthys,
Une nymphe en habit de reine,
Belle, majestueuse, et d’un regard charmant,
Vint s’offrir tout d’un coup aux yeux du pauvre amant
Qui rêvait alors à sa peine.
Je veux, dit-elle, Atis, que vous soyez heureux:
Je le veux, je le puis, étant Manto la fée,
Votre amie et votre obligée;
Vous connaissez ce nom fameux;
Mantoue en tient le sien: jadis en cette terre
J’ai posé la première pierre
De ces murs en durée égaux aux bâtiments
Dont Memphis voit le Nil laver les fondements.
La Parque est inconnue à toutes mes pareilles:
Nous opérons mille merveilles;
Malheureuses, pourtant, de ne pouvoir mourir;
Car nous sommes d’ailleurs capables de souffrir
Toute l’infirmité de la nature humaine:
Nous devenons serpents un jour de la semaine.
Vous souvient-il qu’en ce lieu-ci
Vous en tirâtes un de peine?
C’était moi, qu’un manant s’en allait assommer;
Vous me donnâtes assistance:
Atis je veux pour récompense
Vous procurer la jouissance
De celle qui vous fait aimer.
Allons-nous-en la voir, je vous donne assurance
Qu’avant qu’il soit deux jours de temps
Vous gagnerez par vos présents
Argie et tous ses surveillants.

Dépensez, dissipez, donnez à tout le monde,
A pleines mains répandez l’or,
Vous n’en manquerez point: c’est pour vous le trésor
Que Lucifer me garde en sa grotte profonde.
Votre belle saura quel est notre pouvoir.
Même, pour m’approcher de cette inexorable,
Et vous la rendre favorable,
En petit chien vous m’allez voir
Faisant mille tours sur l’herbette;
Et vous, en pèlerin jouant de la musette,
Me pourrez à ce son mener chez la beauté
Qui tient votre coeur enchanté.
Aussitôt fait que dit; notre amant et la fée
Changeant de forme en un instant:
Le voilà pèlerin chantant comme un Orphée,
Et Manto petit chien faisant tours et sautant.
Ils vont au château de la belle,
Valets et gens du lieu s’assemblent autour d’eux.
Le petit chien fait rage; aussi fait l’amoureux;
Chacun danse, et Guillot fait sauter Perronnelle.
Madame entend ce bruit, et sa nourrice y court:
On lui dit qu’elle vienne admirer à son tour
Le roi des épagneux, charmante créature,
Et vrai miracle de nature.
Il entend tout, il parle, il danse, il fait cent tours:
Madame en fera ses amours;
Car, veuille ou non son maître, il faut qu’il le lui vende
S’il n’aime mieux le lui donner.
La nourrice en fait la demande.
Le pèlerin, sans tant tourner,
Lui dit tout bas le prix qu’il veut mettre à la chose;
Et voici ce qu’il lui propose:
Mon chien n’est point à vendre, à donner encore moins;
Il fournit à tous mes besoins:
Je n’ai qu’à dire trois paroles,
Sa patte entre mes mains fait tomber à l’instant
Au lieu de puces des pistoles,
Des perles, des rubis, avec maint diamant.
C’est un prodige enfin: Madame cependant
En a, comme on dit, la monnoie.
Pourvu que j’ai cette joie
De coucher avec elle une nuit seulement,
Favori sera sien dès le même moment.
La proposition surprit fort la nourrice.
Quoi Madame l’ambassadrice!
Un simple pèlerin! Madame à son chevet
Pourrait voir un bourdon! Et si l’on le savait!
Si cette même nuit quelque hôpital avait
Hébergé le chien et son maître!
Mais ce maître est bien fait, et beau comme le jour;
Cela fait passer en amour
Quelque bourdon que ce puisse être.
Atis avait changé de visage et de traits:
On ne le connut pas, c’étaient d’autres attraits.
La nourrice ajoutait: A gens de cette mine
Comment peut-on refuser rien?
Puis celui-ci possède un chien
Que le royaume de la Chine
Ne payrait pas de tout son or:
Une nuit de Madame aussi c’est un trésor.
J’avais oublié de vous dire
Que le drôle à son chien feignit de parler bas:
Il tombe aussitôt dix ducats,
Qu’à la nourrice offre le sire.
Il tombe encore un diamant.
Atis en riant le ramasse.
C’est, dit-il, pour Madame; obligez-moi de grâce
De le lui présenter avec mon compliment.
Vous direz à Son Excellence
Que je lui suis acquis. La nourrice, à ces mots,
Court annoncer en diligence
Le petit chien et sa science,
Le pèlerin et son propos.
Il ne s’en fallut rien qu’Argie
Ne battît sa nourrice: Avoir l’effronterie
De lui mettre en l’esprit une telle infamie!
Avec qui? Si c’était encor le pauvre Atis!
Hélas, mes cruautés sont cause de sa perte
Il ne me proposa jamais de tels partis.
Je n’aurais pas d’un roi cette chose soufferte,
Quelque don que l’on pût m’offrir,
Et d’un porte-bourdon je la pourrais souffrir,
Moi qui suis une ambassadrice!
– Madame, reprit la nourrice,
Quand vous seriez impératrice,
Je vous dis que ce pèlerin
A de quoi marchander, non pas une mortelle,
Mais la déesse la plus belle.
Atis votre beau paladin
Ne vaut pas seulement un doigt du personnage.
– Mais mon mari m’a fait jurer…
– Et quoi? de lui garder la foi de mariage.
Bon! jurer? ce serment vous lie-t-il davantage
Que le premier n’a fait? qui l’ira déclarer?
Qui le saura? J’en vois marcher tête levée,
Qui n’iraient pas ainsi, j’ose vous l’assurer
Si sur le bout du nez tache pouvait montrer
Que telle chose est arrivée:
Cela nous fait-il empirer
D’une ongle ou d’un cheveu? Non, Madame, il faut être
Bien habile pour reconnaître
Bouche ayant employé son temps et ses appas,
D’avec bouche qui s’est tenue à ne rien faire;
Donnez-vous, ne vous donnez pas,
Ce sera toujours même affaire;
Pour qui ménagez-vous les trésors de l’amour?
Pour celui qui, je crois, ne s’en servira guère;
Vous n’aurez pas grand’peine à fêter son retour.
La fausse vieille sut tant dire,
Que tout se réduisit seulement à douter
Des merveilles du chien, et des charmes du sire.
Pour cela l’on les fit monter:
La belle était au lit encore.
L’univers n’eût jamais d’aurore
Plus paresseuse à se lever.
Notre feint pèlerin traverse la ruelle,
Comme un homme ayant vu d’autres gens que des saints.
Son compliment parut galant et des plus fins:
Il surprit et charma la belle.
Vous n’avez pas, ce lui dit-elle,
La mine de vous en aller
A Saint-Jacques de Compostelle.
Cependant pour la régaler,
Le chien à son tour entre en lice.
On eût vu sauter Favori
Pour la dame et pour la nourrice,
Mais point du tout pour le mari.
Ce n’est pas tout; il se secoue:
Aussitôt perles de tomber,
Nourrice de les ramasser,
Soubrettes de les enfiler,
Pèlerin de les attacher,
A de certains bras, dont il loue
La blancheur et le reste. Enfin il fait si bien,
Qu’avant que partir de la place
On traite avec lui de son chien.
On lui donne un baiser pour arrhes de la grâce
Qu’il demandait; et la nuit vint;
Aussitôt que le drôle tint
Entre ses bras madame Argie,
Il redevint Atis; la dame en fut ravie;
C’était avec bien plus d’honneur
Traiter Monsieur l’ambassadeur.
Cette nuit eut des soeurs, et même en très bon nombre;
Chacun s’en aperçut; car d’enfermer sous l’ombre
Une telle aise, le moyen?
Jeunes gens font-ils jamais rien
Que le plus aveugle ne voie?
A quelques mois de là, le saint-père renvoie
Anselme avec force pardons,
Et beaucoup d’autres menus dons.
Les biens et les honneurs pleuvaient sur sa personne.
De son vice-gérant il apprend tous les soins:
Bons certificats des voisins;
Pour les valets, nul ne lui donne
D’éclaircissement sur cela.
Monsieur le juge interrogea
La nourrice avec les soubrettes
Sages personnes et discrètes,
Il n’en put tirer ce secret:
Mais, comme parmi les femelles
Volontiers le diable se met,
Il survint de telles querelles,
La dame et la nourrice eurent de tels débats,
Que celle-ci ne manqua pas
A se venger de l’autre, et déclarer l’affaire:
Dût-elle aussi se perdre, il fallut tout conter.
D’exprimer jusqu’où la colère
Ou plutôt la fureur de l’époux put monter,
Je ne tiens pas qu’il soit possible.
Ainsi je m’en tairai: on peut par les effets
Juger combien Anselme était homme sensible.
Il choisit un de ses valets,
Le charge d’un billet, et mande que Madame
Vienne voir son mari malade en la cité:
La belle n’avait point son village quitté;
L’époux allait, venait, et laissait là sa femme.
Il te faut en chemin écarter tous ses gens,
Dit Anselme au porteur de ces ordres pressants:
La perfide a couvert mon front d’ignominie.
Pour satisfaction je veux avoir sa vie.
Poignarde-la; mais prends ton temps:
Tâche de te sauver: voilà pour ta retraite,
Prends cet or: si tu fais ce qu’Anselme souhaite,
Et punis cette offense-là,
Quelque part que tu sois, rien ne te manquera.
Le valet va trouver Argie,
Qui par son chien est avertie.
Si vous me demandez comme un chien avertit?
Je crois que par la jupe il tire;
Il se plaint, il jappe, il soupire,
Il en veut à chacun: pour peu qu’on ait d’esprit,
On entend bien ce qu’il veut dire.
Favori fit bien plus; et tout bas il apprit
Un tel péril à sa maîtresse.
Partez pourtant, dit-il, on ne vous fera rien:
Reposez-vous sur moi: j’en empêcherai bien
Ce valet à l’âme traîtresse.
Ils étaient en chemin, près d’un bois qui servait
Souvent aux voleurs de refuge:
Le ministre cruel des vengeances du juge
Envoie un peu devant le train qui les suivait;
Puis il dit l’ordre qu’il avait.
La dame disparaît aux yeux du personnage:
Manto la cache en un nuage.
Le valet étonné retourne vers l’époux,
Lui conte le miracle; et son maître en courroux
Va lui-même à l’endroit. O prodige! ô merveille!
Il y trouve un palais de beauté sans pareille:
Une heure auparavant c’était un champ tout nu.
Anselme, à son tour éperdu,
Admire ce palais bâti, non pour des hommes,
Mais apparemment pour des dieux:
Appartements dorés, meubles très précieux,
Jardins et bois délicieux;
On aurait peine à voir en ce siècle où nous sommes
Chose si magnifique et si riante aux yeux.
Toutes les portes sont ouvertes;
Les chambres sans hôte et désertes;
Pas une âme en ce Louvre; excepté qu’à la fin
Un More très lippu, très hideux, très vilain,
S’offre aux regards du juge, et semble la copie
D’un Esope d’Ethiopie.
Notre magistrat l’ayant pris
Pour le balayeur du logis,
Et croyant l’honorer lui donnant cet office:
Cher ami, lui dit-il, apprends-nous à quel dieu
Appartient un tel édifice?
Car de dire un roi, c’est trop peu.
– Il est à moi, reprit le More.
Notre juge à ces mots se prosterne, l’adore,
Lui demande pardon de sa témérité.
Seigneur, ajouta-t-il, que Votre Déité
Excuse un peu mon ignorance.
Certes, tout l’univers ne vaut pas la chevance
Que je rencontre ici. Le More lui répond:
Veux-tu que je t’en fasse un don?
De ces lieux enchantés je te rendrai le maître,
A certaine condition.
Je ne ris point; tu pourras être
De ces lieux absolu seigneur,
Si tu me veux servir deux jours d’enfant d’honneur.
… Entends-tu ce langage?
Et sais-tu quel est cet usage?
Il te le faut expliquer mieux:
Tu connais l’échanson du monarque des dieux?
Anselme
Ganymède?
Le More
Celui-là même.
Prends que je sois Jupin le monarque suprême;
Et que tu sois le jouvenceau:
Tu n’es pas tout à fait si jeune ni si beau.
Anselme
Ah! Seigneur, vous raillez, c’est chose par trop sûre:
Regardez la vieillesse, et la magistrature.
Le More
Moi railler? point du tout.
Anselme
Seigneur…
Le More
Ne veux-tu point?
Anselme
Seigneur…
Anselme ayant examiné ce point,
Consent à la fin au mystère.
Maudite amour des dons que ne fais-tu pas faire?
En page incontinent son habit est changé:
Toque au lieu de chapeau, haut-de-chausses troussé:
La barbeseulement demeure au personnage.
L’enfant d’honneur Anselme, avec cet équipage,
Suit le More partout. Argie avait ouï
Le dialogue entier, en certain coin cachée.
Pour le More lippu, c’était Manto la fée,
Par son art métamorphosée,
Et par son art ayant bâti
Ce Louvre en un moment; par son art fait un page
Sexagénaire et grave. A la fin, au passage
D’une chambre en une autre, Argie à son mari
Se montre tout d’un coup: Est-ce Anselme, dit-elle,
Que je vois ainsi déguisé?
Anselme? Il ne se peut; mon oeil s’est abusé.
Le vertueux Anselme à la sage cervelle
Me voudrait-il donner une telle leçon?
C’est lui pourtant. Oh oh, Monsieur notre barbon,
Notre législateur, notre homme d’ambassade,
Vous êtes à cet âge homme de mascarade?
Homme de…? la pudeur me défend d’achever.
Quoi! vous jugez les gens à mort pour mon affaire,
Vous qu’Argie a pensé trouver
En un fort plaisant adultère!
Du moins n’ai-je pas pris un More pour galant:
Tout me rend excusable, Atis et son mérite,
Et la qualité du présent.
Vous verrez tout incontinent
Si femme qu’un tel don à l’amour sollicite
Peut résister un seul moment.
More, devenez chien. Tout aussitôt le More
Redevient petit chien encore.
Favori, que l’on danse! A ces mots, Favori
Danse, et tend la patte au mari.
Qu’on fasse tomber des pistoles!
Pistoles tombent à foison.
Eh bien! qu’en dites-vous? sont-ce choses frivoles?
C’est de ce chien qu’on m’a fait don.
Il a bâti cette maison.
Puis faites-moi trouver au monde une Excellence,
Une Altesse, une Majesté,
Qui refuse sa jouissance
A dons de cette qualité;
Surtout quand le donneur est bien fait et qu’il aime,
Et qu’il mérite d’être aimé.
En échange du chien, l’on me voulait moi-même;
Ce que vous possédez de trop, je l’ai donné;
Bien entendu, Monsieur; suis-je chose si chère?
Vraiment vous me croiriez bien pauvre ménagère
Si je laissais aller tel chien à ce prix-là.
Savez-vous qu’il a fait le Louvre que voilà?
Le Louvre pour lequel… Mais oublions cela,
Et n’ordonnez plus qu’on me tue,
Moi qu’Atis seulement en ses lacs a fait choir;
Je le donne à Lucrèce, et voudrais bien la voir
Des mêmes armes combattue.
Touchez là, mon mari; la paix; car aussi bien
Je vous défie, ayant ce chien:
Le fer ni le poison pour moi ne sont à craindre:
Il m’avertit de tout; il confond les jaloux;
Ne le soyez donc point; plus on veut nous contraindre,
Moins on doit s’assurer de nous.
Anselme accorda tout: qu’eût fait le pauvre sire?
On lui promit de ne pas dire
Qu’il avait été page. Un tel cas étant tu,
Cocuage, s’il eût voulu,
Aurait eu ses franches coudées.
Argie en rendit grâce; et, compensations
D’une et d’autre part accordées,
On quitta la campagne à ces conditions.
Que devint le palais? dira quelque critique.
Le palais? que m’importe? il devint ce qu’il put.
A moi ces questions! suis-je homme qui se pique
D’être si régulier? Le palais disparut.
Et le chien? Le chien fit ce que l’amant voulut.
Mais que voulut l’amant? Censeur, tu m’importunes:
Il voulut par ce chien tenter d’autres fortunes.
D’une seule conquête est-on jamais content?
Favori se perdait souvent;
Mais chez sa première maîtresse
Il revenait toujours. Pour elle sa tendresse
Devint bonne amitié. Sur ce pied, notre amant
L’allait voir fort assidûment:
Et même en l’accommodement
Argie à son époux fit un serment sincère
De n’avoir plus aucune affaire.
L’époux jura, de son côté,
Qu’il n’aurait plus aucun ombrage;
Et qu’il voulait être fouetté
Si jamais on le voyait page.

“Le petit chien qui secoue de l’argent et des pierreries “

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.