Le Lion et le Rat

Le Lion et le Rat, fable La Fontaine Le Lion et le Rat

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faut, autant qu’on peut, obliger tout le monde :
On a souvent besoin d’un plus petit que soi.
De cette vérité deux Fables feront foi,
Tant la chose en preuves abonde.
Entre les pattes d’un Lion
Un Rat sortit de terre assez à l’étourdie.
Le Roi des animaux, en cette occasion,
Montra ce qu’il était, et lui donna la vie.
Ce bienfait ne fut pas perdu.
Quelqu’un aurait-il jamais cru
Qu’un Lion d’un Rat eût affaire ?
Cependant il advint qu’au sortir des forêts
Ce Lion fut pris dans des rets,
Dont ses rugissements ne le purent défaire.
Sire Rat accourut, et fit tant par ses dents
Qu’une maille rongée emporta tout l’ouvrage.
Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage.

Épître de Clément Marot –  Le Lion et le Rat*.

A son amy LYON , 1526.
Je ne t’escry de l’amour vaine, et folle,
Tu veois assez, s’elle sert, ou affolle :
Je ne t’escry ne d’armes, ne de guerre,
Tu veois, qui peult bien, ou mal y acquerre :
Je ne t’escry de fortune puissante,
Tu veois assez, s’elle est ferme, ou glissante:
Je ne t’escry d’abus trop abusant,
Tu en sçais prou, et si n’en vas usant :
Je ne t’escry de Dieu, ne sa puissance,
C’est a luy seul t’en donner congnoissance:
Je ne t’escry des dames de Paris,
Tu en sçais plus, que leurs propres marys:
Je ne t’escry , qui est rude, ou affable.
Mais je te veulx dire une belle fable:
C’est à sçavoir du lyon, et du rat.

Cestuy lyon plus fort, qu’un vieil verrat,
Veit une foys, que le rat ne sçavoit
Sortir d’un lieu, pour autant qu’il avoit
Mengé le lard ‘, et la chair toute crue :
Mais ce lyon (qui jamais ne fut grue)
Trouva moyen, et maniere, et matiere
D’ongles et dentz, de rompre la ratiere:
Dont maistre rat eschappe vistement:
Puis meit à terre un genouil gentement,
Et en estant son bonnet de la teste ,
A mercié mille foys la grand’ beste:
Jurant le dieu des souris, et des ratz,
Qu’il luy rendroit. Maintenant lu verras
Le bon du compte. Il advint d’adventure
Que le lyon pour chercher sa pasture,
Saillit dehors sa caverne, et son siege:
Dont (par malheur) se trouva pris au piege,
Et fut lié contre un ferme posteau.
Adonc le rat sans serpe, ne cousteau,
Y arriva joyeux, et esbaudy,
Et du lyon (pour vray) ne s’est gaudy :
Ma isdespita chaiz, chates, et chatons.
Et prisa fort ralz, rates, et ratons,
Dont il a voit trouvé temps favorable
Pour secourir le lyon secourable :
Auquel a dict, Tais toy lyon lié,
Par moy seras maintenant deslié:
Tu le vaulx bien, car le cueur joly as,
Bien y parut, quand tu me deslias.
Secouru m’as fort lyonneusement,
Or secouru seras rateusement.

Lors le lyon ses deux grans yeulx vestit,
Et vers le rat les tourna un petit
En luy disant, O povre verminiere,
Tu n’as sur toy inslrument ne manière ,
Tu n’as cousteau, serpe ne serpillon,
Qui sceust coupper corde ne cordillon,
Pour me jecter de ceste etroicte voye :
Va te cacher, que le chat ne te voye.
Sire lyon ( dit le filz de souris)
De ton propos ( certes ) je me soubzris :
J’ay des cousteaux assez, ne te soucie.
De bel os blanc plus treuchans, qu’une scie :
Leur gaine c’est ma gencive et ma bouche :
Bien coupperont la corde, qui te touche
De si trespres : car j’y mettray bon ordre.
Lors sire rat va commencer à mordre
Ce gros lien : vray est, qu’il y songea
Assez long temps, mais il le vous rongea
Souvent, et tant, qu’à la parfin tout rompt.
Et le lyon de s’en aller fut prompt,
Disant en soy : Nul plaisir (en effect)
Ne se perd point quelque part ou soit faict.
Voyla le compte en termes rithmassez:
Il est bien long, mais il est vieil assez,
Tesmoing Esope, et plus d’un million.

Or vien me veoir pour faire le lyon,
Et je mettray peine, sens, et estude
D’estre le rat, exempt d’ingratitude :
J’entens , si Dieu te donne autant d’affaire,
Qu’au grand lyon : ce qu’il ne vueille faire.

* Marot écrivit en 1525, de la prison du Châtelet à Paris, cette fable si ingénieuse à Lyon Jamet, son ami, pour l’engager à venir travailler à sa délivrance. (Voyez l’Essai sur la vie et les ouvrages de Clément Marot.)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.