Le Gascon, conte de La Fontaine

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

icon-angle-double-right Fables et poésies de Jean de La Fontaine

Je soupçonne fort une histoire,
Quand le héros en est l’auteur.
L’amour-propre et la vaine gloire
Rendent souvent l’homme vanteur.
On fait toujours si bien son compte,
Qu’on tire de l’honneur de tout ce qu’on raconte.
A ce propos, un Gascon, l’autre jour,
A table, au cabaret, avec un camarade,
De gasconnade en gasconnade
Tomba sur ses exploits d’amour.
Dieu sait si là-dessus il en avoit à dire!
Une grosse servante, à quatre pas de là,
Prêtoit l’oreille à tout cela,
Et faisoit de son mieux pour s’empêcher de rire.
A l’entendre conter, il n’étoit, dans Paris,
De Cloris
Dont il ne connût la ruelle. »
Dont il n’eût eu quelques faveurs :
Son air étoit le trébuchet des cœurs.
Il aimoit celle-là, parce qu’elle étoit belle;
Celle-ci payoit ses douceurs:
Il avoit chaquejour des garnitures d’elle.
De plus, il étoit fort heureux;
Il n’étoit pas moins vigoureux:
Telle dame en étoit amplement assurée;
A telle autre, en une soirée,
Il avoit su donner jusques à dix assauts….
Ah ! pour le coup, notre servante
Ne put pas s’empêcher de s’écrier tout haut:
» Malepeste! comme il se vante!
Par ma foi ! je voudrois avoir ce qu’il s’en faut ! »

1. Ce conte est le seul qui mérite d’être laissé à La Fontaine parmi ceux que l’édition de 1710 (Amsterdam, H. Desbordes, 2 vol. pet. in-8) lui attribue pour la première fois et qui n’ont été réclamés par personne, excepté l’Oiseau en cage (ou le Rossignol), qui serait, dit-on, de Lamblin ou de Valincour. Les autres contes, d’ailleurs assez faibles, que nous ne réimprimons pas, surtout à cause de leur grossière obscénité, sont les Detix Compères, les Noces de Guillot, le Duc d’Albe et les Opilations de Sylvie. (Le Gascon, conte de La Fontaine)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

« Les petits drames de notre fabuliste sont une imitation parfaite de la nature ; son style, plein de grâce, a toute la limpidité d'une pensée naïve et simple; néanmoins, on ne le comprend pas toujours. » Voltaire a dit aussi : « Les Fables de La Fontaine ont besoin de « notes, surtout pour l'instruction des étrangers. » Aimé-Martin

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.