Le Corbeau et le Renard, C. Beaulieu

0 26

On conte qu’un matin d’une froide journée,
Après une vaine tournée,
Un renard pressé par la faim :
La faim est comme on sait une terrible chose !
Et peut-être aussi par l’ennui,
Dans un piège tomba sans doute malgré lui,
Car à peine du jour l’aube était-elle éclose ;
Un appât dans un lacs en forme de réseau,
Et qu’il touchait déjà du bout de son museau,
Pouvait bien encor… mais la chose n’est pas sûre, —
Etre pour quelque peu dans sa mésaventure,
Quoi qu’il en soit il était pris.
Que l’on juge de la grimace
Qu’il pouvait faire, et de ses cris !
Un corbeau qui le voit, en paraît fort surpris,
Il le connaît ! Ô dieux ! dit-il, je vous rends grâce,
Mon mangeur de fromage… Ami, de ta leçon
Je me souviens encore, et veux à ma façon,
Te le prouver : Avant, permets donc que je goûte
Ces restes d’un vieux coq qu’on a mis là.
Sans doute, ils doivent t’offusquer, puisque de ton chagrin
Ils sont cause ; et leur vue augmente ta misère.
Cela fait, le corbeau sur un arbre voisin,
Va détacher le lacs qui tient le pauvre hère,
Suspendu, par le corps, à quelques pieds de terre.
En liberté remis, le malheureux routier,
S’enfuit en maugréant au fond de son terrier ;
Honteux, mais convaincu que ce tour salutaire,
Etait fort préférable à celui d’un escroc.
La leçon valait bien les restes d’un vieux coq.

Le Corbeau et le Renard, Charles Beaulieu 18??-????

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.