Le Coq et le Renard

Le Coq et le Renard, La Fontaine Le Coq et le Renard

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur la branche d’un arbre était en sentinelle
Un vieux Coq adroit et matois.
“Frère, dit un Renard, adoucissant sa voix,
Nous ne sommes plus en querelle :
Paix générale cette fois.
Je viens te l’annoncer ; descends, que je t’embrasse.
Ne me retarde point, de grâce ;
Je dois faire aujourd’hui vingt postes sans manquer.
Les tiens et toi pouvez vaquer
Sans nulle crainte à vos affaires ;
Nous vous y servirons en frères.
Faites-en les feux dès ce soir.
Et cependant viens recevoir
Le baiser d’amour fraternelle.
– Ami, reprit le coq, je ne pouvais jamais
Apprendre une plus douce et meilleur nouvelle
Que celle
De cette paix ;
Et ce m’est une double joie
De la tenir de toi. Je vois deux Lévriers,
Qui, je m’assure, sont courriers
Que pour ce sujet on envoie.
Ils vont vite, et seront dans un moment à nous.
Je descends ; nous pourrons nous entre-baiser tous.
– Adieu, dit le Renard, ma traite est longue à faire :
Nous nous réjouirons du succès de l’affaire
Une autre fois. Le galand aussitôt
Tire ses grègues, gagne au haut,
mal content de son stratagème ;
Et notre vieux Coq en soi-même
Se mit à rire de sa peur ;
Car c’est double plaisir de tromper le trompeur.

Source Ésope, Le Coq et le Renard, 36, 88 :

coq_renard_walckenaer_ed_1821Un Coq se tenait sur un chêne fort élevé. Un Renard, qui ne pouvait l’y atteindre, courut au pied de l’arbre : ” Ami, cria-t-il à l’autre, bonne nouvelle ! Hier, la paix fut signée entre les tiens et les nôtres. Sans rancune donc, je te prie ; et puisque dorénavant nous devons tous nous entr’aimer comme frères, commençons par nous réconcilier. Viens donc, mon cher, descends que je t’embrasse. – Ami, repartit le Coq, tu ne saurais croire combien cette nouvelle me réjouit. Je la crois certaine, car, si je ne me trompe, je vois là-bas deux courriers qui viennent nous en apporter la nouvelle. Demeure donc, je te prie ; et sitôt qu’ils seront arrivés, je descendrai pour nous en réjouir tous quatre ensemble. ” Ces courriers étaient deux Lévriers. Le Renard ne jugea pas à propos de les attendre, et gagna pays ; et le Coq se mit à rire à gorge déployée.

Quatrain d’Issac de Benserade :

Ce coq eût mal fait de descendre.
Il vous dit qu’on ne doit jamais
Prêter l’oreille à qui ne nous parle de paix
Que pour mieux nous surprendre.

Contes populaires de la Grande-Bretagne :

Un jour le renard aperçut un beau coq et une poule grasse dont il eût volontiers fait son dîner ; mais à son approche, ceux-ci s’envolèrent dans un arbre. Le renard ne perdit pas courage et entama la conversation avec eux, les invitant à faire un bout de chemin en sa compagnie. « Il n’y a aucun danger, dit-il, aucune crainte que je vous fasse du mal, car la paix est signée entre les bêtes et les hommes, et entre tous les animaux. » Enfin, après avoir beaucoup parlementé, le coq dit à la poule : « Ma chère, ne vois-tu pas venir là-bas une couple de chiens à travers la plaine ? – Oui, dit la poule. et ils seront bientôt ici. – S’il en est ainsi, il n’est que temps de décamper, dit le Renard, car je crains que ces stupides chiens ne soient pas au courant de la trêve. » Et ce disant, il prit ses jambes à son cou et ne commença à respirer que lorsqu’il eut atteint sa tanière. (Contes populaires de la Grande-Bretagne, Partie 1, Loys Brueyre – Hachette, 1875)

Observations de Louis Moland :

Le Coq et le Renard. Ésope, 36, 88. — Philibert Hégemon, fable XVI.
La fable de Marie do France offre quelques traits heureux : il s’agit d’un coulon, d’un pigeon, au lieu d’un vieux coq. Le renard lui dit doucereusement :
« Pourquoi, fet-il, siez-tu lassus
En si grant vent ? Descens çà jus (ici en bas).
Si siez lez moi (près de moi) en cet abri. »

Il lui annonce une paix générale entre les animaux, en vertu d’un bref du roi. Quand l’autre l’avertit que les deux chiens approchent : Ils pourraient bien, dit le renard, n’avoir pas connaissance du bref royal,
« Ne sai s’ils ont le hrief ouï
Qui vint dou Roi…»

et il part.

Notes et analyse de l’Abbé Guillon :

Le Coq et le Renard

coq-renard-par-david-johannot-adam-etcLe Pogge ajoute à la réponse du Coq ce nouveau dialogue, « Le Coq: Eh ! la paix n’est-elle pas faite entre les animaux ? —Le Renard : Peut-être que les deux Chiens n’en savent pas encore la nouvelle». Jacques l’Enfant, qui a publié le Poggiana, voudrait que La Fontaine n’eût pas omis cette-répartie du Renard fugitif, comme ayant, dit-il, beaucoup de sel. Cela est vrai ; mais elle étend la morale de la, fable bien au-delà du but du poète, et par-là devient inutile. Ce n’est pas un combat d’esprit qu’il a voulu rendre ; mais une leçon qu’il donne aux trompeurs.
(1) Faites-en les feux. Feux de joie, illuminations.  Je m’assure. Il pouvait mettre : j’en suis sûr.
(3) Tire ses grègues , ou ses chausses , faire retraite. Expression tirée du langage burlesque et familier. Régnier avait dit :
Ses grègues aux genoux, au coude son pourpoint.
( Satyre II. vers 45. )
On croit que ce mot vient des chausses à la grecque.
(4) Et notre vieux Coq. Comme il dira plus bas : C’était un vieux routier; il savait plus d’un tour.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

1 commentaire
  1. Julia dit

    Pour finir en “beauté” mes commentaires, cette fable est pour moi plus qu’une fable! Ma grand-mère me la récitait souvent quand j’étais petite. Un souvenir merveilleux et émouvant. Merci au Bonhomme…..

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.