L’Aigle la Laie et la Chatte

L'Aigle, la Laie, et la Chatte

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Aigle avait ses petits au haut d’un arbre creux.
La Laie au pied, la Chatte entre les deux ;
Et sans s’incommoder, moyennant ce partage,
Mères et nourrissons faisaient leur tripotage.
La Chatte détruisit par sa fourbe l’accord.
Elle grimpa chez l’Aigle, et lui dit : Notre mort
(Au moins de nos enfants, car c’est tout un aux mères)
Ne tardera possible guère.
Voyez-vous à nos pieds fouir incessamment
Cette maudite Laie, et creuser une mine ?
C’est pour déraciner le chêne assurément,
Et de nos nourrissons attirer la ruine.
L’arbre tombant, ils seront dévorés :
Qu’ils s’en tiennent pour assurés.
S’il m’en restait un seul, j’adoucirais ma plainte.
Au partir de ce lieu, qu’elle remplit de crainte,
La perfide descend tout droit
A l’endroit
Où la Laie était en gésine.
Ma bonne amie et ma voisine,
Lui dit-elle tout bas, je vous donne un avis.
L’aigle, si vous sortez, fondra sur vos petits :
Obligez-moi de n’en rien dire :
Son courroux tomberait sur moi.
Dans cette autre famille ayant semé l’effroi,
La Chatte en son trou se retire.
L’Aigle n’ose sortir, ni pourvoir aux besoins
De ses petits ; la Laie encore moins :
Sottes de ne pas voir que le plus grand des soins,
Ce doit être celui d’éviter la famine.
A demeurer chez soi l’une et l’autre s’obstine
Pour secourir les siens dedans l’occasion :
L’Oiseau Royal, en cas de mine,
La Laie, en cas d’irruption.
La faim détruisit tout : il ne resta personne
De la gent Marcassine et de la gent Aiglonne,
Qui n’allât de vie à trépas :
Grand renfort pour Messieurs les Chats.
Que ne sait point ourdir une langue traîtresse
Par sa pernicieuse adresse ?
Des malheurs qui sont sortis
De la boîte de Pandore,
Celui qu’à meilleur droit tout l’Univers abhorre,
C’est la fourbe, à mon avis.

Notes et analyses de Sébastien-Roch Nicolas dit Chanfort :

aigle-laie-chatte-par-david-johannot-adam-etcL’Aigle, la Laie, et la Chatte

Fourbe, moins commun que fourberie.
Possible , guère. Mot que Vaugelas , Ménage et Thomas Corneille ont condamné. L’usage a, depuis La Fontaine, confirmé leur arrêt.
Gésine,. . Mot vieilli, qui ne s’emploie guère dans les tribunaux.
Obligez-moi de n’en rien dire.
C’est la première précaution du fourbe. La Fontaine ne manque pas ces nuances, qui marquent les caractères et les passions.
Sottes de ne pas voir, etc. . . La Fontaine a bien fait de prévenir ses lecteurs sur cette invraisemblance avant qu’il s’en aperçussent eux-mêmes. Mais elle n’en est pas moins une tache dans cette fable. Il n’est pas naturel que la faim ne force pas tous ces animaux a sortir…

Remarques de Charles Claude Ruelle :

L’Aigle, la Laie, et la Chatte

La chatte divise et isole ceux qu’elle veut tromper; en détruisant toute société entre eux, elle les empêche de s’éclairer mutuellement sur ses mauvais desseins.
Reconnaissons-le toutefois : si une « langue traîtresse » fait tant de mai, c’est parce que nous écoulons trop facilement les calomnies, et parce que nous ne prenons pas le moyen le plus simple de savoir la vérité.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.