L’Aigle et le Hibou

L’Aigle et le Hibou

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Aigle et le Chat-huant leurs querelles cessèrent,
Et firent tant qu’ils s’embrassèrent.
L’un jura foi de Roi, l’autre foi de Hibou,
Qu’ils ne se goberaient leurs petits peu ni prou.
Connaissez-vous les miens ? dit l’Oiseau de Minerve.
– Non, dit l’Aigle.- Tant pis, reprit le triste Oiseau.
Je crains en ce cas pour leur peau :
C’est hasard si je les conserve.
Comme vous êtes Roi, vous ne considérez
Qui ni quoi : Rois et Dieux mettent, quoi qu’on leur die,
Tout en même catégorie.
Adieu mes nourrissons si vous les rencontrez.
– Peignez-les-moi, dit l’Aigle, ou bien me les montrez.
Je n’y toucherai de ma vie.
Le Hibou repartit : Mes petits sont mignons,
Beaux, bien faits, et jolis sur tous leurs compagnons.
Vous les reconnaîtrez sans peine à cette marque.
N’allez pas l’oublier ; retenez-la si bien
Que chez moi la maudite Parque
N’entre point par votre moyen.
Il avint qu’au Hibou Dieu donna géniture,
De façon qu’un beau soir qu’il était en pâture,
Notre Aigle aperçut d’aventure,
Dans les coins d’une roche dure,
Ou dans les trous d’une masure
(Je ne sais pas lequel des deux),
De petits monstres fort hideux,
Rechignés, un air triste, une voix de Mégère.
Ces enfants ne sont pas, dit l’Aigle, à notre ami.
Croquons-les. Le galand n’en fit pas à demi.
Ses repas ne sont point repas à la légère.
Le Hibou, de retour, ne trouve que les pieds
De ses chers nourrissons, hélas ! pour toute chose.
Il se plaint, et les Dieux sont par lui suppliés
De punir le brigand qui de son deuil est cause.
Quelqu’un lui dit alors : N’en accuse que toi
Ou plutôt la commune loi
Qui veut qu’on trouve son semblable
Beau, bien fait, et sur tous aimable.
Tu fis de tes enfants à l’Aigle ce portrait ;
En avaient-ils le moindre trait ?

Notes et analyses de Louis Moland :

L’Aigle et le Hibou.

— Avianus, 14, Simia et Jupiter. — Verdizotti, V, l’Aquila e’l Guffo.

l-aigle-et-le-hibou-jjgrandvilleMarie de France a modifié et développé l’apologue d’Avianus. Il s’agit d’une « singesse et de son singeot. » La singesse demande au lion si son petit est beau. Le lion répond brutalement qu’il n’y a pas de plus laide bête. La singesse, s’en allant toute triste, rencontre l’ours. Celui-ci, dont le singeot tente l’appétit, dit à la mère : « Est-ce là cet enfant dont toutes les bêtes parlent, dont on entend vanter partout la bonne grâce et la gentillesse ?— Oui, dit la singesse avec empressement, c’est mon fils. — Donne-le, dit l’ours, que je l’embrasse ! » La mère charmée lui tend son petit, l’autre n’en fait qu’un coup de dent.

Dans Renard le Contrefait, la même aventure est prolixement contée. Les personnages sont Renard et Tiercelin, le corbeau, qui dit de même à Renard que ses petits sont « jolis sur tous leurs compagnons.

Sais-tu comment les cognoistras ?
Les plus beaux que tu trouveras
Sont mes oiseaux, sans nulle faute…

” Nature le veut ainsi, dit le poète du moyen âge en terminant son conte : père et mère, soumis à naturel amour, croient certainement

Que leurs faons sont proprement
Plus beaux que nul autre faon
Combien que nel die la raison. »

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.