La vie d’Esope

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Esope


Ésope (en grec ancien Αἴσωπος / Aísôpos, VIIe – VIe siècle av. J.-C.) est un écrivain grec d’origine phrygienne, à qui on a attribué la paternité de la fable comme littérature, ou le genre littéraire.


cigale-fourmi-esope« De la Fourmi et de la Cigale » – La Fourmi faisait sécher son froment qui avait contracté quelque humidité pendant l’hiver. La Cigale mourant de faim, lui demanda quelques grains pour subvenir à sa nécessité dans la disette où elle se trouvait. La Fourmi lui répondit durement qu’elle devait songer à amasser pendant l’été pour avoir de quoi vivre pendant l’hiver. » Je ne suis point oisive durant l’été, répliqua la Cigale, je passe tout ce temps-là à chanter. – Oh bien, repartit la Fourmi, puisque cela est ainsi, je vous conseille de danser maintenant ; vous méritez bien de mourir de faim. «


esope
esope

C’est Ésope, esclave phrygien, qui, d’un commun accord, est regardé comme le créateur de ce genre de composition. Il y a peu d’hommes sur le compte desquels on ail débité plus de choses absurdes. On nous l’a présenté comme un bouffon insipide et comme un être disgracié par la nature : tous ces coules se lisent dans une biographie dont l’auteur est inconnu. Les anciens ne font aucune mention de ses prétendues saillies. En général nous ne savons d’Ésope que le peu qu’Hérodote nous en a rapporté. Il était d’abord esclave d’un Samien nommé Xanthus. Idmon, auquel il fut vendu, lui donna la liberté. Crésus, roi de Lydie, aimait à s’entretenir avec lui, cl l’envoya à Delphes. Les habitants de celte ville l’accusèrent calomnieusement de sacrilège, le condamnèrent à mort et le précipitèrent de la roche Hyampée.
esope esclaveDans les apologues simples et instructifs qu’Ésope composa, probablement en prose, à mesure que les événements en faisaient naître l’occasion, il répandit une morale et des principes de politique et de philosophie qui étaient à la portée de ses contemporains. Longtemps ces fables ne furent conservées que par une tradition orale. Platon raconte dans son Phédon que dans les derniers jours de sa vie, Socrate s’amusait à versifier des fables d’Ésope. Celui-ci trouva une foule d’imitateurs: leurs productions indistinctement étaient nommées fables ésopiques, et mises sur le compte de celui qu’on regardait comme ayant inventé l’apologue. Ainsi le nombre des fables d’Ésope alla toujours en augmentant. Dêmétrius de Phalèreen Ot un recueil : on ignore si quelqu’un avant lui avait déjà pensé à rédiger une pareille collection. (Schœll, Histoire de la littérature grecque.)

La Fontaine et Esope
La Fontaine et Ésope
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.