La Tête et la Queue du serpent

La Tête et la Queue du serpent

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le serpent a deux parties
Du genre humain ennemies,
Tête et queue ; et toutes deux
Ont acquis un nom fameux
Auprès des Parques cruelles :
Si bien qu’autrefois entre elles
Il survint de grands débats
Pour le pas.
La tête avait toujours marché devant la queue.
La queue au Ciel se plaignit,
Et lui dit :
Je fais mainte et mainte lieue,
Comme il plaît à celle-ci.
Croit-elle que toujours j’en veuille user ainsi ?
Je suis son humble servante.
On m’a faite Dieu merci
Sa sœur et non sa suivante.
Toutes deux de même sang
Traitez-nous de même sorte :
Aussi bien qu’elle je porte
Un poison prompt et puissant.
Enfin voilà ma requête :
C’est à vous de commander,
Qu’on me laisse précéder
A mon tour ma sœur la tête.
Je la conduirai si bien,
Qu’on ne se plaindra de rien.
Le Ciel eut pour ses vœux une bonté cruelle.
Souvent sa complaisance a de méchants effets.
Il devrait être sourd aux aveugles souhaits.
Il ne le fut pas lors : et la guide nouvelle,
Qui ne voyait au grand jour
Pas plus clair que dans un four,
Donnait tantôt contre un marbre,
Contre un passant, contre un arbre.
Droit aux ondes du Styx elle mena sa sœur.
Malheureux les Etats tombés dans son erreur.

1. Lors pour alors est d’un usage fréquent dans nos anciens poètes : Marot, Malherbe et Racan en fournissent de nombreux exemples.
2. guide – Le mot guide était autrefois féminin, ainsi que plusieurs mots dérivés de l’espagnol ou de l’italien, appartenant à l’art militaire, qui cependant expriment des êtres masculins, comme sentinella, guarda, guida; et ou disait en français la guide, comme on dit encore ta sentinelle et la garde. Mais ce mot de guide, du temps même de La Fontaine, n’était plus, dans ce sens, employé qu’au masculin; et si on trouve des exemples contraires, c’est seulement lorsqu’il est question de rappeler les titres d’anciens ouvrages ascétiques, tels que la Guide des pécheurs, etc. Cependant ce changement d’usage était, à cet égard, assez récent; car le dictionnaire de Nicot, imprimé eu 1606, fait encore guide féminin. (Walckenaer.)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.