La morale des fables de La Fontaine L

0 77

ABCDEFGHIJLMNOPQRSTUV
Chiffres Romains : le Livre – Chiffres Arabes : la fable.

Langue :

Que ne sait point ourdit une langue traîtresse
Par sa pernicieuse adresse ! III. 6.

Langage :

Tout parle dans l’univers ;
Il n’est rien qui n’ait son langage. XI, Epilog.

Lapon :

Et d’Indou qu’il était on vous le fait Lapon. VII, 6.

Lard :

La galande fit chère lie,
Mangea, rongea : Dieu sait la vie,
Et le lard qui périt en cette occasion.
La voilà, pour conclusion ,
Grasse, maffue et rebondie. III. 17

Laridon :

On ne suit pas toujours ses a feux ni son père :
Le peu de soin, le temps, tout fait qu’on dégénère.
Faute de cultiver la nature et ses dons,
Oh ! combien de Césars deviendront Laridons ! VIII, 24.

Liberté :

Hélas ! que sert la bonne chère
Quand on n’a pas la liberté?…
Quel que soit le plaisir que cause la vengeance,
C’est l’acheter trop cher que l’acheter d’un bien
Sans qui les autres ne sont rien. IV, 13

Lieu :

On tient toujours du lieu dont on vient. IX, 7

Lièvre :

Un lièvre en son gîte songeait.
Car que faire en un gite à moins que l’on ne songe ? II,14.
Ayant du temps de reste pour brouter,
Pour dormir et pour écouter
D’où vient le vent, il laisse la tortue
Aller son train de sénateur. VI. 10

Lion :

La raison,
C’est que je m’appelle lion. I. 6

  • La morale des fables de La Fontaine

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.