La Laitière et le Pot au lait

La Laitière et le Pot au lait

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Perrette, sur sa tête ayant un Pot au lait
Bien posé sur un coussinet,
Prétendait arriver sans encombre à la ville.
Légère et court vêtue, elle allait à grands pas ;
Ayant mis ce jour−là, pour être plus agile
Cotillon simple, et souliers plats.
Notre Laitière ainsi troussée
Comptait déjà dans sa pensée
Tout le prix de son lait, en employait l’argent,
Achetait un cent d’œufs, faisait triple couvée ;
La chose allait à bien par son soin diligent.
” Il m’est, disait−elle, facile
D’élever des poulets autour de ma maison :
Le Renard sera bien habile
S’il ne m’en laisse assez pour avoir un cochon.
Le porc à s’engraisser coûtera peu de son ;
Il était, quand je l’eus, de grosseur raisonnable ;
J’aurai, le revendant, de l’argent bel et bon ;
Et qui m’empêchera de mettre en notre étable,
Vu le prix dont il est, une vache et son veau,
Que je verrai sauter au milieu du troupeau ? ”
Perrette là−dessus saute aussi, transportée.
Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ;
La Dame de ces biens, quittant d’un œil marri
Sa fortune ainsi répandue,
Va s’excuser à son mari
En grand danger d’être battue.
Le récit en farce en fut fait ;
On l’appela le Pot au lait.
Quel esprit ne bat la campagne ?
Qui ne fait châteaux en Espagne ?
Picrochole, Pyrrhus, la Laitière, enfin tous,
Autant les sages que les fous ?
Chacun songe en veillant, il n’est rien de plus doux :
Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes ;
Tout le bien du monde est à nous,
Tous les honneurs, toutes les femmes.
Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ;
Je m’écarte, je vais détrôner le Sophi ;
On m’élit Roi, mon peuple m’aime ;
Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant :
Quelque accident fait−il que je rentre en moi−même ;
Je suis gros Jean comme devant.

Notes de Louis Moland :

laitiere_pot_de_lait1. Espagne – Expression proverbiale, qui signifie former des projets ou des entreprises chimériques. On a fait diverses conjectures sur l’origine de cette locution, qui est bien ancienne, puisqu’on la retrouve dans le Roman de la Rose, composé au XIIIe siècle.
2. Picrochole – La Fontaine écrit ainsi ce nom, qui doit s’orthographier Picrochole, d’après Rabelais, dans lequel il l’a pris, et aussi d’après l’étymologie grecque. On peut voir les aventures de Picrochole dans Gargantua. Le chapitre XXXIII où le roi et ses lieutenants tracent le plan de leurs conquêtes imaginaires est justement célèbre.
3. Pyrrhus est le prototype de Picrochole. On connaît sa conversation avec Cinéas; au moment de partir pour la guerre d’Italie, Cinéas demande au futur conquérant : « Si les dieux nous font la grâce de vaincre les Romains, à quoi nous servira cette victoire? — Nous conquerrons sans difficulté toute l’Italie, répond Pyrrhus. — Et quand nous aurons toute l’Italie, que ferons-nous après? — La Sicile nous tend les bras; elle sera facile a subjuguer. — Et si nous venons à bout de cette entreprise, sera-ce la fin de la guerre?— Elle nous conduira, au contraire, répond le roi, à de plus grandes choses. Qui se tiendrait alors de passer en Afrique et de dompter Cannage? Et lorsque nous serons en un tel point de puissance, qui osera nous résister, lever la tête contre nous? — Sans doute, réplique Cinéas, il vous sera facile alors de recouvrer la Macédoine et de commander à toute la Grèce. Mais, maîtres de tout, que ferons-nous à la fin? — Nous nous reposerons, dit Pyrrhus en riant. — Et qui vous empêche, sire, de vous reposer maintenant, sans aller chercher, avec tant d’effusion de sang humain et tant de dangers, ce que nous pouvons avoir dès a présent? « Voy. la Vie de Pyrrhus, dans Plutarque. (Louis Moland)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.