La Fontaine endormi

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Molière avec ses amis, ou la soirée d’Auteuil


– Comédie en 1 acte en vers

… Molière ayant envoyé coucher ses amis, s’aperçoit que La Fontaine est endormi sur sa chaise ; lui-même compose quelques vers de son poème du Val-de-Grâce, à l’intention de Milliard que l’on desservait auprès de Colbert, et s’interrompt pour recueillir les premiers vers de Philémon et Baucis que La Fontaine fait et récite en se réveillant.
• La pièce est écrite en vers libres…
• Les personnages sont Molière, La Fontaine, Boileau, Chapelle, Mignard, Lulli, Isabelle Béjart.

Voici cette scène qui est un chef-d’œuvre de sentiment, de délicatesse et de vérité historique.

MOLIÈRE.
Que vois-je là ? La Fontaine endormi,
Et ce serait vraiment dommage
En cet instant de l’éveiller.
A demain j’attends le courage
De nos amis. Tandis qu’ils sont à sommeiller,
Il faut que pour Mignard j’achève cet ouvrage
Je lui sais des chagrins près de monsieur Colbert,
Il soupçonne en secret que quelqu’un le dessert.
Quelque rival jaloux que son talent efface,
Plus courtisan que lui s’occupe à lui ravir
Les faveurs, les travaux… je voudrais le servir,
Consoler au moins sa disgrâce.
Pour cela je songe à finir
Mon poème du Val-de-Grâce.
Reprenons-le… voyons, de mon illustre ami
J’ai peint les nobles traits dans les vers que voici
« Les grands hommes, Colbert, sont mauvais courtisans:
Peu faits à s’acquitter des devoirs complaisants ;
A leurs réflexions tout entiers ils se donnent,
Et ce n’est que par-là qu’ils se perfectionnent.
L’’étude et la visite ont leurs talents à part.
Qui se donne à la cour se dérobe à son art.
Un esprit partagé rarement s’y consomme,
Et des emplois de feu demandent tout un homme »
Monsieur Colbert, je pense, entendra ce discours :
Je lui pourrai donner ces vers sous peu de jours
Là, du dôme nouveau j’ai vanté la merveille,
Surtout la fresque de Mignard
Admirable travail, vrai chef-d’œuvre de l’art.

LA FONTAINE qui s’est éveillé.
M’y voici, je les tiens.
MOLIÈRE.
La Fontaine s’éveille !
LA FONTAINE.
Je me sens inspiré.
MOLIÈRE.
Je crois qu’il fait des vers.
LA FONTAINE.
Hier dans les grandeurs, aujourd’hui dans les fers
L ‘humble toit est exempt d’un tribut si funeste ;
Le sage y vit en paix et méprise le reste
Content de ses douceurs, errant parmi les bois,
Il regarde à ses pieds les favoris des rois ».
MOLIÈRE.
Ah ne laissons pas échapper
Ces vers que sa facile veine
Produit sans travail et sans peine.
Je ne crois plus mes vers dignes de m’occuper
Quand je peux recueillir ceux que fait La Fontaine.
(Il met de côté son poème, et copie les vers que La Fontaine récite.)
LA FONTAINE dans l’enthousiasme.
Content de ses douceurs, errant parmi les bois,
II regarde à ses pieds les favoris des rois ;
Il lit au front de ceux qu’un vain luxe environne
Que la fortune vend ce qu’on croit qu’elle donne.
Approche-t-il du but ? quitte-t-il ce séjour ?
Rien ne trouble sa fin c’est le soir d’un beau jour «.
MOLIÈRE après avoir copié ces vers.
Ah ! mon ami quels vers quel Dieu te les inspire ?
LA FONTAINE.
Ah te voilà, Molière ? ah ! oui, dans cet instant
J’ai fait là quelques vers.
MOLIÈRE lui offrant le papier.
Très-beaux, veux-tu les lire ?
Je les ai copiés moi-même en l’écoutant.
LA FONTAINE, après avoir lu.
Mais ils ne sont pas mal j’en suis assez content.
MOLIÈRE.
Assez content… pas mal, et moi je les admire
On redira longtemps, mon ami, ces vers-là
On les perdait sans moi, je suis fier de cela.
LA FONTAINE.
Tu te moques de moi, je pense, ou tu veux rire.
MOLIÈRE.
Je ne me moque point, mon cher ami, crois-moi:
Tous tes imitateurs resteront loin de toi.

F.G.J. St Andrieux – Rousseau, 1804.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.