Jean de La Fontaine et les maximes M

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

ABCDEFGHIJLMNOPQRSTUV
Chiffres Romains : le Livre – Chiffres Arabes : la fable.

Machine :

Ils disent donc
Que la bête est une machine,
Qu’en elle tout se fait sans choix et par ressorts :
Nul sentiment, point d’âme, en elle tout est corps. X, I.

Magie :

Il faut en revenir toujours à son destin,
C’est-à-dire à la loi par le ciel établie :
Parlez au diable, employez la magie,
Vous ne détournerez nul être de sa fin. IX, 7.

Magistrat :

D’un magistrat ignorant
C’est la robe qu’on salue. V. 14

Magot :

Notre magot prit pour ce coup
Le nom d’un port pour un nom d’homme. IV, 7.

Maigre :

Vous êtes maigre entrée, il faut maigre sortir.
Ce que je voua dis là, l’on le dit à bien d’autres. III. 17

Main :

Échevins, prévôt des marchands,
Tout fait sa main ; le plus habile
Donne aux autres l’exemple, et c’est un passe-temps
De leur voir nettoyer un monceau de pistoles. VIII, 7.

La main est le plus sûr et le plus prompt secours. X, 16.

Maître d’école :

Car, de lui demander quand, pourquoi, ni comment
Ce malheur est tombé sur elle,
Et perdre en vains discours cet utile moment
Comme eût fait un maître d’école, Il avait trop de jugement. XII. 15

Mal :

Nous ne croyons le mal que quand il est venu. I. 8.

Quand le mal est certain,
La plainte ni la peur ne changent le destin,
Et le moins prévoyant est toujours le plus sage. VIII, 12.

Malheur :

Quand le malheur ne serait bon
Qu’à mettre un sot à la raison,
Toujours serait-ce à juste cause
Qu’on le dit bon à quelque chose. VI. 7

Mangeurs :

Nous ne trouvons que trop de mangeurs ici-bas :
Ceux-ci sont courtisans, ceux-là sont magistrats. XLI, 13.

Marché :

Il est force gens…..
Qui prétendent n’agir que pour leur propre compte,
Et qui font le marché d’autrui. VIII, 13

Marquis : Marrons :

Tout marquis veut avoir des pages. I, 3

Bertrand dit à Raton : Frère, il faut aujourd’hui
Que tu fasses un coup de maître.
Tire-moi ces marrons. Si Dieu m’avait fait naître
Propre à tirer marrons du feu,
Certes, marrons verraient beau jeu. IX, 17.

  • Jean de la Fontaine et les maximes
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

« Les petits drames de notre fabuliste sont une imitation parfaite de la nature ; son style, plein de grâce, a toute la limpidité d'une pensée naïve et simple; néanmoins, on ne le comprend pas toujours. » Voltaire a dit aussi : « Les Fables de La Fontaine ont besoin de « notes, surtout pour l'instruction des étrangers. » Aimé-Martin

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.