Jean de La Fontaine, Citations B

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

ABCDEFGHIJLMNOPQRSTUV
Chiffres Romains : le Livre – Chiffres Arabes : la fable.

Babil :

Ni mon grenier, ni mon armoire.
Ne se remplit à babiller. IV, 3

Imprudence, babil, et sotte vanité,
Et vaine curiosité,
Ont ensemble étroit parentage :
Ce sont enfants tous d’un lignage. X, 3

Voy. Caquet-bon-bec

Babouin :

…. Ah! le petit babouin!
Voyez, dit-il, où ta mis sa sottise !
Et puis, prenez de tels fripons le soin!
Que les parents sont malheureux, qu’il faille
Toujours veiller à semblable canaille! I, 19

Banquet :

……Je voudrois qu’à cet âge
On sortit de la vie, ainsi que d’un banquet,
Remerciant son hôte, et qu’on fit son paquet. VIII, 1

Barbacoles :

Humains, il vous faudroit encore à soixante ans
Renvoyer chez les barbaroles. XII, 8

Bâton, voy. Raison.

Beau :

Nous faisons cas du beau, nous méprisons l’utile VI, 9

Et le beau souvent nous détruit.
Que le bon soit toujours camarade du beau. VII, 2

Belette :

Du palais d’un jeune lapin
Dame belette, un beau matin,
S’empara : c’est une rusée, VII, 16

Voy. Lard.

Bergers:

Bergers, bergers! le loup n’a tort
Que quand il n’est pas le plus fort :
Voulez-vous qu’il vive en ermite? X, 6

Bertrand :

Bertrand avec Raton, l’un singe et l’autre chat.
Commensaux d’un logis, avoient un commun maître.
D’animaux malfaisants c’étoit un très-bon plat :
Ils n’y craignoient tous deux aucun, quel qu’il put être. IX, 17

Bestion :

Autre toile tissue, autre coup de balai;
Le pauvre bestion tous les jours déménage. III. X

Bien :

Ce n’est pas un fort bon moyen
Pour payer, que d’être sans bien. II, 20

Le bien n’est bien qu’autant que l’on s’en peut défaire;
Sans cela, c’est un mal… X, 5

Bienfait :

Voilà le train du monde et de ses sectateurs :
On s’y sert du bienfait contre les bienfaiteurs. XII, 16

Bière :

Notre défunt étoit en carrosse porté.
Bien et dûment empaqueté,
Et veltu d’une robe, hélas! qu’on nomme bière,
Robe d’hiver, robe d’été,
Que les morts ne dépouillent guère. VII, 11

Bœuf :

C’est une radoteuse, elle a perdu l’esprit.
Croyons ce bœuf. Croyons, dit la rampante bête.
Ainsi dit, ainsi fait. Le bœuf vient à pas lents.
Quand il eut ruminé tout le cas en sa tète,
Il dit que du labeur des ans
Pour nous seuls il portoit les soins les plus pesants…. X, 2

Boire :

Ce n’est pas tout de boire, il faut sortir d’ici. III, 5

Boiteux :

Volontiers gens boiteux haïssent le logis. X, 3

Bons mots :

Dieu ne créa que pour les sots
Les méchants diseurs de bons mots. VIII, X

Il ne faut jamais dire aux gens :
Écoutez un bon mot, oyez une merveille. XI, 9

Bouche :

Arrière ceux dont la bouche
Souffle le chaud et le froid ! V, 7

Bourgeois :

Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs. I, 3

Bourse :

Un homme n’ayant plus ni crédit ni ressource.
Et logeant le diable en sa bourse.
C’est-à-dire n’y logeant rien.
S’imagina qu’il feroit bien
De se pendre et finir lui-même sa misère.
Puisque aussi bien sans lui la faim le viendrait faire. IX, 16

Bras :

Vous avez bien d’autres affaires
A démêler que les débats
Du lapin et de la belette.
Lisez-les, ne les lisez pas ;
Mais empêchez qu’on ne nous mette
Toute l’Europe sur les bras. VIII, 4

Bréviaire :

Le moine disoit son bréviaire :
Il prenoît bien son temps! Une femme chantoit :
C’étoit bien de chansons qu’alors il s’agissoit! VII, 9

Bruit :

On fait beaucoup de bruit, et puis on se console. VI, 21

Les gens sans bruit sont dangereux :
Il n’en est pas ainsi des autres. VIII, 33

  • Jean de La Fontaine, Citations et vers maximes
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.