Histoire de la vie des ouvrages de Jean de La Fontaine

0 208

Histoire chronologique de la vie et des œuvres de La Fontaine :


1654 – 165816591660166116631664 – 1665166716691671167316741680 – 1681 – 1682 168416851686, 16871688 16891691 1692 – 1693

1621. – M. de La Fontaine (Jean) naquit à Château-Thierry, en 1621, selon M. Perrault, dans ses Hommes illustres; mais, comme ce poète se donne lui-même soixante-dix ans dans l’envoi d’une ballade¹ sur la prise de Philisbourg, en 1688, où il a dit: L’homme n’engendre guère à soixante-dix ans, il doit être né en 1618. Dans une autre ballade, à M. Fouquet, pour le pont de Château-Thierry; il parle de cette ville comme du lieu de sa naissance² :

Dans cet écrit, notre pauvre cité,
Par moi, seigneur, humblement vous supplie.

Portrait de Jean de La Fontaine
Portrait de Jean de La Fontaine

Son père, maître des eaux et forêts de ce duché, lui donna sa charge. Il y a été marié, on ne sait précisément en quelle année, et il a eu un fils de ce mariage, qui a été élevé par M. de Maucroix, chanoine de Reims, son ami. Il étoit né paresseux et aimoit à faire des vers; il montra bientôt un talent original, simple, naïf et plein de grâces inconnues jusqu’à lui. Sa femme, de son côté, étoit aussi une paresseuse, qui n’aimoit que les romans. C’étoit là une belle union! Il lui dit, dans une lettre, dont nous parlerons en son lieu : Vous ne jouez, ni ne travaillez, ni ne vous souciez du ménage; et, hors le temps que vos bonnes amies vous donnent par charité, il n’y a que les romans qui vous divertissent, c’est un fonds bientôt épuisé.

1. Un de nos Fantassins, etc. Voy. Œuvres de La Fontaine, édit. de Walckenaer, 1827, tome VI, p. 242.
2. Tome VI, p. 217.

  • Œuvres inédites- J. De La Fontaine , avec diverses pièces en vers et en prose qui lui ont été attribuées, recueillies pour la première fois par Paul Lacroix; Conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal. 1863.

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.