Fac-similé du manuscrit d’un dizain de La Fontaine

Fac-similé du manuscrit de La Fontaine

0 127

Fac-similé du manuscrit d’un dizain de La Fontaine


…La Fontaine envoya trois madrigaux, bien troussés, d’accord, mais surtout fort courts.
Fouquet eut le mauvais goût (je le dis sérieusement) de trouver que ces madrigaux de taille mignonne» étaient vraiment trop peu nombreux et trop petits. La Fontaine lui répondit par le dizain suivant :

Trois madrigaux, ce n’est pas votre compte ;
Et c’est le mien : que sert de vous flatter ?
Dix fois le jour au Parnasse je monte
Et n’en saurais plus de trois ajuster.
Bien vous dirai qu’au nombre s’arrêter
N’est pas le mieux. Seigneur, et voici comme :
Quand ils sont bons, en ce cas tout prud’homme
Les prend au poids, au lieu de les compter ;
Sont-ils méchants, tant moindre en est la somme
Et tant plutôt on s’en doit contenter.

Fac-similé du manuscrit d'un dizain de La Fontaine

La Fontaine écrivit fort peu pendant le temps qu’il passa dans la maison du surintendant et ne fit rien que de relativement médiocre. Il est bien probable, comme le dit M. Ste. Beuve, que sans la chute de Fouquet, la Fontaine n’aurait pas fait les fables, et la littérature française compterait un grand poète de moins...

(Louis Moland)

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.