Étienne Fessard

Étienne Fessard

0 103

Étienne Fessard :


Étienne Fessard, né en 1714 à Paris où il meurt le 23 avril 17771, est un graveur et illustrateur français, qui fut membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture.

Fessard, célèbre graveur, après avoir travaillé pour plusieurs recueils de fables, a publié pour son compte en six tomes in-8° une édition des Fables de La Fontaine, dont il a fait graver le texte en taille douce, tandis qu’il a gravé lui-même toutes les figures qui ont été dessinées par divers artistes, et qui, par suite, présentent des différences énormes pour la conception et pour le style.

Tome I, 1765. Monnet, qui a dessiné les sujets à personnages, a adopté un style académique qui forme un contresens perpétuel avec la pensée de La Fontaine : les édifices sont d’architecture romaine à colonnes, les personnages ont des vêtements romains ou sont nus; les hommes ont des visages imberbes, trop petits, sans expression ; les femmes sont d’un type uniforme, d’une taille trop longue. La première figure est une imitation de la Cigale et la Fourmi de Chauveau : tandis que des hommes se chauffent sous un abri autour d’un feu qui flambe, une personne s’est mise à genoux pour se dégourdir les mains. — Loutherbourg a dessiné convenablement les sujets à animaux d’après Oudry.

La Cigale et la Fourmi par Fessard
La Cigale et la Fourmi par Fessard

Tome II, 1766, et tome III, 1768. Monnet a fait seul toutes les figures dans le style que nous venons de définir. Il a cependant deux bonnes compositions originales, le Cheval de Troie (dans la fable Contre ceux qui ont le goût difficile), et la Fortune et le jeune Enfant, qui a été souvent imitée.
Tome IV, 1773. Le style des figures de ce tome et des deux tomes suivants forme un contraste complet avec celui des figures de Monnet. Les personnages ont des types français et portent des costumes du temps, comme ceux de Chauveau. Kobell a bien dessiné la Laitière et le Pot au lait, le Coche et la Mouche. P. T. Leclerc a représenté ingénieusement, comme Tony Johannot l’a fait après lui, les Femmes et le Secret, par trois commères causant dans une cour de ferme; mais il a eu l’étrange idée de mettre Démocrite et les Abdéritains dans un cabinet d’alchimiste avec un alambic, un squelette et un crocodile empaillé qui est suspendu au plafond.
Tome V, 1774. Saint-Quentin a donné un air expressif à ses personnages.
Tome VI, 1775. Bardin a dessiné de bonnes figures parmi lesquelles on distingue l’Amour et la Folie (figure 54) : la Folie vient de crever les yeux à l’Amour qui est étendu à terre, et Vénus s’élève sur son char vers le trône de Jupiter pour lui demander vengeance.

(Iconographie des fables de La Fontaine, La Motte, Dorat, Florian : avec une étude sur l’iconographie antique, par Eugène Lévêque… Lévêque, Eugène, E. Flammarion (Paris) 1893.)

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.