Épître au Roi pour Lully

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dédicace de l’Opéra d’Amadis pour Lully au Roi


1684

Du premier Amadis je vous offre l’image ;
Il fut doux, gracieux, vaillant, de haut corsage.
J’y trouverais votre air, à tout considérer,
Si quelque chose à vous se pouvait comparer.
La Victoire pour lui sut étendre ses ailes,
Mars le fit triompher de tous ses concurrents ;
Passa-t-il à l’amour ? il eut le cœur des belles
Vous vous reconnaissez à ces traits différents.
Nul n’a porté si haut cette double conquête :
Les deux moitiés du monde ont su vous couronner ;
Et les myrtes qu’Amour vous a fait moissonner
Sont tels que Jupiter en aurait ceint sa tête.
En vous tout est enchantement.
Plus d’un illustre événement
Rendra chez nos neveux votre histoire incroyable ;
Vos beaux faits ont partout tellement éclaté
Que vous nous réduisez à chercher dans la Fable
L’exemple de la vérité.
Voilà, Sire, sur vous quelles sont mes pensées.
Pour vous plaire Uranie en vers les a tracées.
Quant à moi, dont les chants vous attiraient jadis,
Je dois à votre choix ce sujet d’Amadis ;
Je vous dois son succès, car j’aurais peine à dire
Entre vous et Phébus lequel des deux m’inspire.
Je ne puis, pour m’en ressentir,
Qu’employer à vous divertir
Mes soins, mon art, et mon génie,
Et tous les moments de ma vie.
Veuillent dans ce projet m’assister les neuf-Sœurs !
Je le trouve assez beau pour donner de l’envie
Aux chantres dont l’Olympe admire les douceurs.

 

– C’était le roi lui-même qui avait donné le sujet d’Amadis à Quinault. (Voyez Œuvres de Quinault, édit. 1715, in-12, t. I, p. 540 . Il donna lieu à un combat poétique suscité par madame Deshoulières. Voyez ci-après dans les ballades, et dans l’Histoire de ta vie et des ouvrages de J. de La Fontaine, troisième édition, 1821, in-80, p. 351.

Walckenaer

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

« Les petits drames de notre fabuliste sont une imitation parfaite de la nature ; son style, plein de grâce, a toute la limpidité d'une pensée naïve et simple; néanmoins, on ne le comprend pas toujours. » Voltaire a dit aussi : « Les Fables de La Fontaine ont besoin de « notes, surtout pour l'instruction des étrangers. » Aimé-Martin

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.