Épitaphe de Jean de La Fontaine

Épitaphe de La Fontaine

0 135

Jean s’en alla comme il était venu, (1)
Mangea le fonds avec le revenu, (2)
Tint les trésors chose peu nécessaire. (3)
Quant à son temps, bien le sut dispenser :
Deux parts en fit, dont il soulait (4) passer
L’une à dormir et l’autre à ne rien faire. (5)

1. La Servante justifiée vers 69.
2. En effet il abandonna ou vendit successivement sa maison et ses termes à sa femme, à son beau-frère, à ses amis, c’est-à-dire au plus bas prix possible.
3. On lit dans le texte donné par Chardon de la Rochette :
Mangea le fonds après le revenu. Tint le travail chose peu nécessaire.
Dans le recueil cité du P. Boubours, dans une édition des Contes, Amsterdam, 1696, et dans les Pièces de théâtre, 1702 :
Mangeant son fonds après le revenu, Croyant le bien chose peu nécessaire.
Dans le Recueil des plus belles épigrammes :
Mangea le fonds, mangea le revenu, Jugea trésors chose peu nécessaire.
4- Tome VI, p. 28o. — « Bien sut le dépenser », dans le Recueil des plus belles épigrammes.
5. Avait coutume : du latin solere.

Œuvres de Jean de La Fontaine :Henri Régnier 1883.

Tombeaux de La Fontaine et Molière
Tombeaux de La Fontaine et Molière

« Les petits drames de notre fabuliste sont une imitation parfaite de la nature ; son style, plein de grâce, a toute la limpidité d'une pensée naïve et simple; néanmoins, on ne le comprend pas toujours. » Voltaire a dit aussi : « Les Fables de La Fontaine ont besoin de « notes, surtout pour l'instruction des étrangers. » Aimé-Martin

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.