Éloge funèbre de Fénelon à la mémoire de La Fontaine

Éloge funèbre de Fénelon à la mémoire de La Fontaine

0 200

Éloge funèbre de Fénelon à la mémoire de La Fontaine :


Quand Fénelon apprit la mort du fabuliste, il exprima ses regrets dans quelques phrases latines qu’il donna à traduire au duc de Bourgogne, voulant graver dans la mémoire du prince le souvenir d’une si grande perte. Voici la traduction de cet éloge funèbre, improvisé par un sentiment sincère :

« Pleurez, vous tous qui avez reçu du ciel un cœur et un esprit capables de sentir tous les charmes d’une poésie élégante, naturelle et sans apprêt : il n’est plus, cet homme à qui il a été donné de rendre la négligence même de l’art, préférable à son poli le plus brillant! Pleurez donc, nourrissons des Muses; ou plutôt consolez-vous: La Fontaine vit tout entier dans ses immortels écrits. Par l’ordre des temps, il appartient aux siècles modernes ; mais par son génie il appartient à l’antiquité, qu’il nous retrace dans tout ce qu’elle a d’excellent. Lisez-le, et dites si Anacréon a su badiner avec plus de grâce, si Horace a paré la philosophie et la morale d’ornements poétiques plus variés et plus attrayants, si Térence a peint les mœurs des hommes avec plus de naturel et de vérité, si Virgile enfin a été plus touchant et plus harmonieux*. »

2. Traduction de Charles A. Walckenaer

Par Joseph Vivien

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.