Conte: Le portrait d ‘Iris

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

icon-angle-double-right Contes de La Fontaine

Otoi qui peins d’une façon galante,
Maître passé dans Cythère et Paphos,
Fais un effort; peins-nous Iris absente.
Tu n’as point vu cette beauté charmante,
Me diras-tu; tant mieux pour ton repos.
Je m’en vais donc t’instruire en peu de mots.
Premièrement, mets des lis et des roses;
Après cela des Amours et des Ris.
Mais à quoi bon le détail de ces choses?
D’une Vénus tu peux faire une Iris.
Nul ne saurait découvrir le mystère:
Traits si pareils jamais ne se sont vus:
Et tu pourras à Paphos et Cythère
De cette Iris refaire une Vénus.

“Conte: Le portrait d ‘Iris”

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

« Les petits drames de notre fabuliste sont une imitation parfaite de la nature ; son style, plein de grâce, a toute la limpidité d'une pensée naïve et simple; néanmoins, on ne le comprend pas toujours. » Voltaire a dit aussi : « Les Fables de La Fontaine ont besoin de « notes, surtout pour l'instruction des étrangers. » Aimé-Martin

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.