Conte: Le magnifique

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

icon-angle-double-right Contes de La Fontaine

Un peu d’esprit, beaucoup de bonne mine,
Et plus encor de libéralité,
C’est en amour une triple machine
Par qui maint fort est bientôt emporté;
Rocher fût-il; rochers aussi se prennent.
Qu’on soit bien fait, qu’on ait quelque talent,
Que les cordons de la bourse ne tiennent:
Je vous le dis, la place est au galant.
On la prend bien quelquefois sans ces choses.
Bon fait avoir néanmoins quelques doses
D’entendement, et n’être pas un sot:
Quant à l’avare, on le hait; le magot
A grand besoin de bonne rhétorique:
La meilleure est celle du libéral.
Un Florentin nommé le Magnifique
La possédait en propre original.
Le Magnifique était un nom de guerre
Qu’on lui donna; bien l’avait mérité:
Son train de vivre et son honnêteté,
Ses dons surtout, l’avaient par toute terre
Déclaré tel; propre, bien fait, bien mis,
L’esprit galant, et l’air des plus polis.
Il se piqua pour certaine femelle
De haut état. La conquête était belle:
Elle excitait doublement le désir:
Rien n’y manquait, la gloire et le plaisir.
Aldobrandin était de cette dame
Bail et mari: pourquoi bail? Ce mot-là
Ne me plaît point; c’est mal dit que cela;
Car un mari ne baille point sa femme.
Aldobrandin la sienne ne baillait;
Trop bien cet homme à la garder veillait
De tous ses yeux; s’il en eût eu dix mille,
Il les eût tous à ce soin occupés:
Amour le rend, quand il veut, inutile;
Ces Argus-là sont fort souvent trompés.
Aldobrandin ne croyait pas possible
Qu’il le fût onc; il défiait les gens.
Au demeurant il était fort sensible
A l’intérêt, aimait fort les présents.
Son concurrent n’avait encor su dire
Le moindre mot à l’objet de ses voeux:
On ignorait, ce lui semblait, ses feux,
Et le surplus de l’amoureux martyre;
(Car c’est toujours une même chanson).
Si l’on l’eût su, qu’eût-on fait? Que fait-on?
Jà n’est besoin qu’au lecteur je le die.
Pour revenir à notre pauvre amant,
Il n’avait su dire un mot seulement
Au médecin touchant sa maladie.
Or le voilà qui tourmente sa vie,
Qui va, qui vient, qui court, qui perd ses pas:
Point de fenêtre et point de jalousie
Ne lui permet d’entrevoir les appas
Ni d’entr’ouïr la voix de sa maîtresse.
Il ne fut onc semblable forteresse.
Si faudra-t-il qu’elle y vienne pourtant.
Voici comment s’y prit notre assiégeant.
Je pense avoir déjà dit, ce me semble,
Qu’Aldobrandin homme à présents était;
Non qu’il en fît, mais il en recevait.
Le Magnifique avait un cheval d’amble,
Beau, bien taillé, dont il faisait grand cas:
Il l’appelait, à cause de son pas,
La haquenée. Aldobrandin le loue:
Ce fut assez; notre amant proposa
De le troquer; l’époux s’en excusa:
Non pas, dit-il, que je ne vous avoue
Qu’il me plaît fort; mais à de tels marchés
Je perds toujours. Alors le Magnifique,
Qui voit le but de cette politique,
Reprit: Eh bien, faisons mieux; ne troquez;
Mais, pour le prix du cheval, permettez
Que, vous présent, j’entretienne Madame.
C’est un désir curieux qui m’a pris.
Encor faut-il que vos meilleurs amis
Sachent un peu ce qu’elle a dedans l’âme.
Je vous demande un quart d’heure sans plus.
Aldobrandin l’arrêtant là-dessus:
J’en suis d’avis; je livrerai ma femme?
Ma foi, mon cher, gardez votre cheval.
– Quoi, vous présent? – Moi présent. – Et quel mal
Encore un coup peut-il en la présence
D’un mari fin comme vous arriver?
Aldobrandin commence d’y rêver:
Et raisonnant en soi: Quelle apparence
Qu’il en mévienne en effet moi présent?
C’est marché sûr; il est fol; à son dam;
Que prétend-il? Pour plus grande assurance,
Sans qu’il le sache, il faut faire défense
A ma moitié de répondre au galant.
Sus, dit l’époux, j’y consens. – La distance
De vous à nous, poursuivit notre amant,
Sera réglée, afin qu’aucunement
Vous n’entendiez. Il y consent encore;
Puis va quérir sa femme en ce moment.
Quand l’autre voit celle-là qu’il adore,
Il se croit être en un enchantement.
Les saluts faits, en un coin de la salle
Ils se vont seoir. Notre galant n’étale
Un long narré, mais vient d’abord au fait.
Je n’ai le lieu ni le temps à souhait,
Commença-t-il; puis je tiens inutile
De tant tourner; il n’est que d’aller droit.
Partant, Madame, en un mot comme en mille,
Votre beauté jusqu’au vif m’a touché.
Penseriez-vous que ce fût un péché
Que d’y répondre? Ah je vous crois, Madame,
De trop bon sens. Si j’avais le loisir,
Je ferais voir par les formes ma flamme,
Et vous dirais de cet ardent désir
Tout le menu. Mais que je brûle, meure,
Et m’en tourmente, et me dise aux abois,
Tout ce chemin que l’on fait en six mois,
Il me convient le faire en un quart d’heure:
Et plus encor; car ce n’est pas là tout.
Froid est l’amant qui ne va jusqu’au bout,
Et par sottise en si beau train demeure.
Vous vous taisez? pas un mot! Qu’est-ce là?
Renvoyrez-vous de la sorte un pauvre homme?
Le Ciel vous fit, il est vrai, ce qu’on nomme
Divinité; mais faut-il pour cela
Ne point répondre alors que l’on vous prie?
Je vois, je vois; c’est une tricherie
De votre époux: il m’a joué ce trait;
Et ne prétend qu’aucune repartie
Soit du marché; mais j’y sais un secret.
Rien n’y fera pour le sûr sa défense.
Je saurai bien me répondre pour vous:
Puis ce coin d’oeil, par son langage doux,
Rompt à mon sens quelque peu le silence.
J’y lis ceci: Ne croyez pas, Monsieur,
Que la nature ait composé mon coeur
De marbre dur. Vos fréquentes passades,
Joutes, tournois, devises, sérénades,
M’ont avant vous déclaré votre amour.
Bien loin qu’il m’ait en nul point offensée,
Je vous dirai que dès le premier jour
J’y répondis, et me sentis blessée
Du même trait. Mais que nous sert ceci?
– Ce qu’il nous sert? Je m’en vais vous le dire:
Etant d’accord, il faut cette nuit-ci
Goûter le fruit de ce commun martyre;
De votre époux nous venger et nous rire;
Bref le payer du soin qu’il prend ici;
De ces fruits-là le dernier n’est le pire.
Votre jardin viendra comme de cire:
Descendez-y; ne doutez du succès:
Votre mari ne se tiendra jamais
Qu’à sa maison des champs, je vous l’assure,
Tantôt il n’aille éprouver sa monture.
Vos douagnas en leur premier sommeil,
Vous descendrez sans nul autre appareil
Que de jeter une robe fourrée
Sur votre dos, et viendrez au jardin.
De mon côté l’échelle est préparée.
Je monterai par la cour du voisin:
Je l’ai gagné: la rue est trop publique.
Ne craignez rien. – Ah mon cher Magnifique
Que je vous aime! et que je vous sais gré
De ce dessein! Venez, je descendrai.
– C’est vous qui parle; et plût au Ciel, Madame,
Qu’on vous osât embrasser les genoux!
– Mon Magnifique, à tantôt; votre flamme
Ne craindra point les regards d’un jaloux.
L’amant la quitte; et feint d’être en courroux;
Puis, tout grondant: Vous me la donnez bonne,
Aldobrandin; je n’entendais cela.
Autant vaudrait n’être avecque personne
Que d’être avec Madame que voilà.
Si vous trouvez chevaux à ce prix-là,
Vous les devez prendre sur ma parole.
Le mien hennit du moins; mais cette idole
Est proprement un fort joli poisson.
Or sus, j’en tiens; ce m’est une leçon;
Quiconque veut le reste du quart d’heure
N’a qu’à parler; j’en ferai juste prix.
Aldobrandin rit si fort qu’il en pleure.
Ces jeunes gens, dit-il, en leurs esprits
Mettent toujours quelque haute entreprise.
Notre féal vous lâchez trop tôt prise;
Avec le temps on en viendrait à bout.
J’y tiendrai l’oeil; car ce n’est pas là tout;
Nous y savons encor quelque rubrique:
Et cependant, Monsieur le Magnifique,
La haquenée est nettement à nous:
Plus ne fera de dépense chez vous.
Dès aujourd’hui, qu’il ne vous en déplaise,
Vous me verrez dessus fort à mon aise
Dans le chemin de ma maison des champs.
Il n’y manqua, sur le soir; et nos gens
Au rendez-vous tout aussi peu manquèrent.
Dire comment les choses s’y passèrent,
C’est un détail trop long; lecteur prudent,
Je m’en remets à ton bon jugement.
La dame était jeune, fringante et belle,
L’amant bien fait, et tous deux fort épris.
Trois rendez-vous coup sur coup furent pris:
Moins n’en valait si gentille femelle.
Aucun péril, nul mauvais accident,
Bons dormitifs en or comme en argent
Aux douagnas, et bonne sentinelle.
Un pavillon vers le bout du jardin
Vint à propos; messire Aldobrandin
Ne l’avait fait bâtir pour cet usage.
Conclusion, qu’il prit en cocuage
Tous ses degrés; un seul ne lui manqua,
Tant sut jouer son jeu la haquenée:
Content ne fut d’une seule journée
Pour l’éprouver; aux champs il demeura
Trois jours entiers; sans doute ni scrupule.
J’en connais bien qui ne sont si chanceux;
Car ils ont femme, et n’ont cheval ni mule,
Sachant de plus tout ce qu’on fait chez eux.

“Le magnifique “

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.