Conte: L’abbesse malade

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

icon-angle-double-right Contes de La Fontaine

L’exemple sert, l’exemple nuit aussi:
Lequel des deux doit l’emporter ici,
Ce n’est mon fait: l’un dira que l’abbesse
En usa bien, l’autre au contraire mal,
Selon les gens. Bien ou mal, je ne laisse
D’avoir mon compte, et montre en général,
Par ce que fit tout un troupeau de nonnes,
Qu’ouailles sont la plupart des personnes:
Qu’il en passe une, il en passera cent;
Tant sur les gens est l’exemple puissant.
Je le répète, et dis, vaille que vaille,
Le monde n’est que franche moutonnaille.
Du premier coup ne croyez que l’on aille
A ses périls le passage sonder;
On est longtemps à s’entre-regarder;
Les plus hardis ont-ils tenté l’affaire,
Le reste suit et fait ce qu’il voit faire.
Qu’un seul mouton se jette en la rivière,
Vous ne verrez nulle âme moutonnière
Rester au bord, tous se noieront à tas.
Maître François en conte un plaisant cas.
Ami lecteur, ne te déplaira pas
Si, sursoyant ma principale histoire,
Je te remets cette chose en mémoire.
Panurge allait l’oracle consulter;
Il navigeait ayant dans la cervelle
Je ne sais quoi qui vînt l’inquiéter.
Dindenaut passe, et médaille l’appelle
De vrai cocu. Dindenaut dans sa nef
Menait moutons. Vendez-m’en un, dit l’autre.
Voire, reprit Dindenaut, l’ami nôtre,
Penseriez-vous qu’on pût venir à chef
D’assez priser ni vendre telle aumaille?
Panurge dit: Notre ami, coûte et vaille,
Vendez-m’en un pour or ou pour argent.
Un fut vendu. Panurge incontinent
Le jette en mer; et les autres de suivre.
Au diable l’un, à ce que dit le livre,
Qui demeura. Dindenaut au collet
Prend un bélier, et le bélier l’entraîne.
Adieu mon homme: il va boire au godet;
Or revenons: ce prologue me mène
Un peu bien loin. J’ai posé dès l’abord
Que tout exemple est de force très grande:
Et ne me suis écarté par trop fort
En rapportant la moutonnière bande:
Car notre histoire est d’ouailles encor.
Une passa, puis une autre, et puis une:
Tant qu’à passer s’entre-pressant chacune,
On vit enfin celle qui les gardait
Passer aussi: c’est en gros tout le conte.
Voici comment en détail on le conte:
Certaine abbesse un certain mal avait,
Pâles couleurs nommé parmi les filles:
Mal dangereux, et qui des plus gentilles
Détruit l’éclat, fait languir les attraits.
Notre malade avait la face blême
Tout justement comme un saint de carême;
Bonne d’ailleurs, et gente, à cela près.
La Faculté sur ce point consultée,
Après avoir la chose examinée,
Dit que bientôt Madame tomberait
En fièvre lente, et puis qu’elle mourrait.
Force sera que cette humeur la mange,
A moins que de… à moins est bien étrange;
A moins enfin qu’elle n’ait à souhait
Compagnie d’homme. Hippocrate ne fait
Choix de ses mots, et tant tourner ne sait.
Jésus, reprit toute scandalisée
Madame abbesse: hé que dites-vous là?
Fil – Nous disons, repartit à cela
La Faculté, que pour chose assurée
Vous en mourrez, à moins d’un bon galant:
Bon le faut-il, c’est un point important:
Autre que bon n’est ici suffisant:
Et si bon n’est deux en prendrez, Madame.
Ce fut bien pis; non pas que dans son âme
Ce bon ne fût par elle souhaité:
Mais le moyen que sa communauté
Lui vît sans peine approuver telle chose?
Honte souvent est de dommage cause.
Soeur Agnès dit: Madame, croyez-les.
Un tel remède est chose bien mauvaise,
S’il a le goût méchant à beaucoup près
Comme la mort. Vous faites cent secrets,
Faut-il qu’un seul vous choque et vous déplaise?
– Vous en parlez, Agnès, bien à votre aise,
Reprit l’abbesse: or çà, par votre Dieu,
Le feriez-vous? mettez-vous en mon lieu.
– Oui dea, Madame; et dis bien davantage:
Votre santé m’est chère jusque-là
Que s’il fallait pour vous souffrir cela,
Je ne voudrais que dans ce témoignage
D’affection pas une de céans
Me devançât. Mille remerciements
A soeur Agnès donnés par son abbesse,
La Faculté dit adieu là-dessus;
Et protesta de ne revenir plus.
Tout le couvent se trouvait en tristesse,
Quand soeur Agnès, qui n’était de ce lieu
La moins sensée, au reste bonne lame,
Dit à ses soeurs: Tout ce qui tient Madame
Est seulement belle honte de Dieu.
Par charité n’en est-il point quelqu’une
Pour lui montrer l’exemple et le chemin?
Cet avis fut approuvé de chacune:
On l’applaudit, il court de main en main.
Pas une n’est qui montre en ce dessein
De la froideur, soit nonne, soit nonnette,
Mère prieure, ancienne, ou discrète.
Le billet trotte: on fait venir des gens
De toute guise, et des noirs, et des blancs,
Et des tannés. L’escadron, dit l’histoire,
Ne fut petit, ni, comme l’on peut croire,
Lent à montrer de sa part le chemin.
Ils ne cédaient à pas une nonnain
Dans le désir de faire que Madame
Ne fût honteuse, ou bien n’eût dans son âme
Tel recipé, possible, à contre-coeur.
De ses brebis à peine la première
A fait le saut, qu’il suit une autre soeur.
Une troisième entre dans la carrière.
Nulle ne veut demeurer en arrière.
Presse se met pour n’être la dernière
Qui ferait voir son zèle et sa ferveur
A mère abbesse. Il n’est aucune ouaille
Qui ne s’y jette; ainsi que les moutons
De Dindenaut dont tantôt nous parlions
S’allaient jeter chez la gent porte-écaille.
Que dirai plus? Enfin l’impression
Qu’avait l’abbesse encontre ce remède,
Sage rendue, à tant d’exemples cède.
Un jouvenceau fait l’opération
Sur la malade. Elle redevient rose,
Oeillet, aurore, et si quelque autre chose
De plus riant se peut imaginer.
O doux remède, ô remède à donner,
Remède ami de mainte créature,
Ami des gens, ami de la nature,
Ami de tout, point d’honneur excepté.
Point d’honneur est une autre maladie:
Dans ses écrits Madame Faculté
N’en parle point. Que de maux en la vie!

“Conte: L’abbesse malade “

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.