Conte: Alix malade

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

icon-angle-double-right Contes de La Fontaine

Alix malade, se sentant presser,
Quelqu’un lui dit : il te faut confesser;
Voulez-vous pas mettre en repos votre ame ?
Oui, je le veux, lui répondit la dame;
Quà père André l’on aille de ce pas;
Car il entend d’ordinaire mon cas.
Un messager y court en diligence,
Sonne au couvent de toute sa puissance.
Qui venez-vous demander ? lui dit-on.
C’est père André, celui qui, d’ordinaire,
Entend Alix dans sa confession.
Vous demandez, reprit alors un frère,
Le père André , le confesseur d’Alix ?
Il est bien loin :hélàs ! le pauvre père,
Depuis dix ans, confesse au paradis.

“Conte: Alix malade”

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.