Colin, conte inédit de La Fontaine

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Colin, faisant préparer sa maison
Pour recevoir son épousée,
Touva sa servante Alison
Au plaisir de l’amour fortement disposée.
Sans perdre le temps à songer,
Il se servit de l’heure du berger,
Et commençoit l’amoureux badinage
Quand sa mère arrivant le surprit sur le fait,
Et lui dit : « Insolent ! ce soir, à ton souhait,
N’auras-tu pas un joli pucelage ? »
Colin, sans s’étonner, dit : « Ma mère, tout beau !
Ne vous mettez pas en colère :
Je ne gâte point le mystère,
J’aiguise seulement pour ce soir mon couteau. »

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.