Clément Marot

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 Clément Marot, né à Cahors en 14961,2 et mort le 12 septembre 1544 à Turin, est un poète français.

J’ai profité dans Voiture;
Et Marot par sa lecture
M’a fort aidé, j’en conviens.
Je ne sais qui fut son maître :
Que ce soit qui ce peut être,
Vous êtes tous trois les miens.

A M. de Saint-Evremont, La Fontaine.

CLÉMENT MAROT Ce poète, fils de Jean Marot, poète lui-même, naquit à Cahors en 1495. Il succéda à son père en qualité de valet de chambre de François Ier, fut blessé et fait prisonnier aux cotés de ce roi à la bataille de Pavie. De retour à Paris, il subit une détention de quelques mois au Châtelet, comme suspect de protestantisme. Bientôt après, menacé d’une nouvelle persécution, il se retira successivement dans le Béarn, à la cour de Ferrare et à Venise. Il revint ensuite en France, et au bout de quelques aimées il se vit définitivement proscrit à cause de sa traduction en vers des psaumes chantés par les religionnaires. Il se réfugia alors à Genève, et enfin à Turin, où il mourut dans l’indigence en 1544.
Qui n’a entendu parler de ses poésies, les seules du commencement du seizième siècle qu’on n’ait jamais cessé de lire ou de citer ? Elles consistent en épîtres, ballades, rondeaux et épigrammes qui charment, dans leur vieux langage, par la naïveté, la finesse et la grâce d’un style vif et concis, que La Fontaine, Hamilton, J. B. Rousseau, Voltaire, etc., ont imité comme tout à fait convenable aux compositions du même genre.

Notes de Louis Moland :

Quelques poètes de la même époque, sans être des fabulistes proprement dits, ont introduit des apologues dans leurs ouvrages. Clément Marot a fait son épître à Lion Jamet avec la fable du Lion et du Rat, excellemment traitée. Marot reste en possession de ce récit, même après La Fontaine, au même titre qu’Horace est demeuré maître du sujet du Rat de ville et du Rat des champs. Si vous voulez avoir dans sa forme la plus ingénieuse le récit du double repas du rat citadin et du rat villageois, vous allez droit au satirique latin. Si vous voulez voir comment maître rat paya sa dette de reconnaissance au roi des animaux, allez droit à l’épître de Clément Marot.

Image source : Par Corneille de Lyon — Xavier Caré

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.