Charles de La Fontaine

Charles de La Fontaine

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Charles de La Fontaine.


Le fils unique de La Fontaine, Charles, né le 8 octobre 1653, occupa la place de greffier des maréchaux de France; il mourut en 1722. Il avait épousé Jeanne-Frauçoise du Tremblay, dont il eut un fils et trois filles :

Le fils, Charles-Louis de La Fontaine, né le 24 avril 1718, mourut le 16 novembre 1757 à Pamiers. Ce Charles-Louis était l’ami du publiciste Fréron; avocat en parlement, secrétaire du marquis de Bonnac, il prit la direction des affaires de ce seigneur, qui était de la famille de ce François d’Usson, seigneur de Bonrepaux et de Bonnac, avec qui La Fontaine fut en correspondance. « M. de Bonrepaux, dit Saint-Simon, qui écrit toujours Bonrepos, étoit frère de d’Usson, lieutenant général. Point mariés tous deux, ils prirent soin d’un fils de leur frère aîné qui étoit demeuré dans son pays de Foix. Ce neveu s’appeloit Bonnac. » C’est de ce Bonnac sans doute ou de son fils que Charles-Louis de La Fontaine fut secrétaire. Étant dans le comté de Foix pour les affaires de cette famille, il écrivit à Fréron une lettre bien propre à nous donner des regrets :

» Oui, c’est ici, mon cher Fréron, que je suis condamné à passer l’hiver; je vous désirerais de tout mon cœur avec moi, si je n’étois trop votre ami pour vous souhaiter le partage du dépit, de l’ennui, de l’horrible humeur qui me dévore. Je vais me jeter à corps perdu dans les négociations de MM. de Bonrepos et de Bonnac, et peut-être deviendrai-je auteur par désœuvrement. Croiriez-vous que j’eusse trouvé, au pied des Pyrénées, des lettres de mon grand-père? J’en ai sur ma table quelques-unes en vers et en prose. Outre cela, j’ai environ 500 lettres de Racine, 40 de Mme de La Sablière, comparables à celles de Mme de Sévigné, et plus intéressantes pour le cœur; enfin des lettres de tous les illustres du règne de Louis XIV, depuis 1676 jusqu’à 1716… Je projette une nouvelle édition des œuvres de mon grand-père, et j’y joindrai une vie aussi simple que lui-même..»

Charles-Louis avait épousé Marie-Antoinette Le Mercier, dont il eut un fils et deux filles :

Hugues-Charles de La Fontaine, né le 12 juillet 1757, à Pamiers, en Roussi Mon, décédé à Château-Thierry le 16 août 1826;
Marie-Françoise Claire de La Fontaine, qui épousa le comte Marin de Marson;
Marie-Claire de La Fontaine, née en 1756 à Pamiers, mariée à Château-Thierry, à Pierre-Louis Despotz, décédée veuve le 13 décembre 1820, sans laisser de postérité et ayant institué pour son légataire universel Louis-Christophe-Anne Héricart de Thury.

La postérité directe de Jean de La Fontaine subsista donc jusque dans les commencements de ce siècle-ci.

(Œuvres complètes de La Fontaine, par M. Louis Moland, Garnier frères (Paris) 1872-1876)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.