Chanson V. Sur Aminte

0 174

Chanson V.* Sur Aminte


Si nos langueurs et notre plainte
Faisoient perdre à la jeune Aminte
Ou quelque charme ou quelque amant,
On pourrait fléchir la cruelle;
Mais lorsque je la vois rire de mon tourment,
Je ne l’en trouve que plus belle.**

* OEuvres posthumes, p. 248, et OEuvres diverses, édit. 1729, t. I,
** On trouvera une autre chanson de La Fontaine dans la lettre à Racine, à la date du 6 juin 1686.
p. 124. Imitation de ces vers d’Horace :

Ulla si juris tibi pejerati
Poena, Barine, nocuisset unquam ;
Dente si nigro fieres, vel uno
Turpior ungui,
Crederem. Sed tu, simul obligasti
Perfidum votis caput, enitescis
Pulchrior multo, juvenumque prodis
Publica cura.
Od. II, 8.

(Œuvres complètes de La Fontaine, par M. Louis Moland, Garnier frères, Paris-1872-1876)

« Les petits drames de notre fabuliste sont une imitation parfaite de la nature ; son style, plein de grâce, a toute la limpidité d'une pensée naïve et simple; néanmoins, on ne le comprend pas toujours. » Voltaire a dit aussi : « Les Fables de La Fontaine ont besoin de « notes, surtout pour l'instruction des étrangers. » Aimé-Martin

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.