Causerie sur le Corbeau et le Renard

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Corbeau et le Renard


Causerie sur La Fontaine par Lambert Sauveur

Je vais vous lire une fable de La Fontaine : nous parlerons de lui un jour ; j’espère être assez heureux pour vous le faire admirer et aimer. Nous avons deux personnages devant nous, ua corbeau et un renard. Les voilà.
Le corbeau est-il un quadrupède ou un oiseau ?
— Et le renard ? — Ont-ils des ailes ? — Volent-ils ?
— Il faut des ailes pour voler. Mais le renard vole sans ailes. Voler a deux significations en français; le renard dérobe ce qui ne lui appartient pas, il vole : c’est un voleur. Avez-vous peur des voleurs, mon ami ?
— Oui. — Avez-vous peur du renard ? — Les poules out-elles peur de lui ? — Et le coq ? — Écoutez :

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l’odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
« Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !¹
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix* des hôtes de ces bois. »
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit, et dit : « Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. »
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

Qu’est-ce qu’un fromage monsieur ? — Voilà la vache : elle donne du lait. Avec le lait, on fait du beurre et du fromage. — Nous comprenons. Que signifie alléché ? — C’est un synonyme de attiré. Le renard est attiré vers le corbeau et son fromage par l’odeur. Aimez-vous l’odeur du fromage, madame ? êtes-vous alléchée par cette odeur ? y a-t-il des odeurs que vous préférez ?—Le corbeau est-il noble, est-ce un gentilhomme ? — II s’en faut de beaucoup, mais le renard flatte, il l’appelle monsieur du corbeau. — Que signifie mentir ? — C’est parler contre sa pensée, dire le contraire de la vérité avec intention de tromper. — Nous ne comprenons pas, ne se sent pas de j’oie. — Il est transporté de joie ; la joie le met hors de lui-même ; elle lui fait perdre la tête ; il ne sait plus ce qu’il fait, tant il est joyeux.
Laissez-moi vous interroger à mon tour.
Où est le corbeau ? — A-t-il quelque chose dans son bec ? — Quoi ? — Où est le renard ? — Pourquoi vient-t-il sous l’arbre ? — Est-il facile pour lui de prendre le fromage ? — Et de prendre le corbeau ? — Que préférerait-il, l’oiseau ou le fromage ? — Pourquoi ne se saisit-il pas du corbeau ? — Quel moyen imagine-t-il pour avoir le fromage ?
— Le corbeau est-il sensible à la flatterie ? — Et les hommes ? — Et les rois ? — Et les femmes ?—Le renard connaît-il le cœur des corbeaux ?— Que dit-il ? — Le corbeau est-il vraiment joli ? — Le renard le pense-t-il ? — Pourquoi dit-il ce qu’il ne pense pas ? — Ment-il ? — N’a-t-il pas dit sans mentir ! — N’est-ce pas l’habitude du menteur de dire avant de parler : je ne ment pas ? — Vous fiez-vous à celui qui dit sans mentir, ou je jure que je dis la vérité ?—Pourquoi le menteur dit-il qu’il ne ment jamais, pourquoi jure-t-il ?— Le renard ne connaît-il pas le ramage du corbeau ?—Pourquoi veut-il le faire chanter, ou plutôt crier ? — Le corbeau est-il sensible aux flatteries ?
— Est-il dupe ? — Ne sommes-nous jamais dupes ? — Aimez-vous les flatteurs ?—Avez-vous pitié du corbeau ?
— Et des hommes ses frères ? — N’en rit-on pas souvent ?
— Et quand on est dupe soi-même, rit-on ? — Est-on honteux et confus ? — Le renard a-t-il le fromage ? — Dit-il merci au corbeau ? — Le flatteur dit-il merci à ses dupes ? — Quelle est la morale de cette fable ?—Que préférez-vous, mon ami, un fromage ou la bonne leçon que nous donne La Fontaine ? — Le corbeau profitera-t-il de la leçon du renard ? — Les hommes profitent-ils de celle du poète ? — Arrivera-t-il un jour où il n’y aura plus ni flatteurs ni dupes ? — Pourquoi non ?—Est-il facile de corriger les corbeaux de leur vanité ? — Et les hommes ? — Le duc de La Rochefoucauld dit : ” L’amour-propre est le plus grand de tous les flatteurs.” Est-ce vrai ?

Lambert Sauveur

(Causeries avec mes élèves, Lambert Sauveur, F.W. Christern, 1875)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.