Ballade IX sur le même sujet

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ballade IX sur le même sujet que la précédente


1682

Or est venu l’enfant si souhaité,
Voici son sort : j’en ai fait la figure.
Premièrement, si j’ai bien supputé,
De cent printemps l’agréable peinture
Viendra pour lui rajeunir la nature.
Nombre d’Amours, pendant ses jeunes ans,
Lui serviront de premiers courtisans ;
Puis d’autres soins, troupe aux Jeux ennemie,
Lui fileront à l’envi le destin
De trois grands dieux directeurs de sa vie :
Ces trois dieux sont Mars, Amour, et Jupin.

Amour viendra le beau premier en danse.
Je vous le dis, belles, songez à vous ;
Mais que sert-il ? royale adolescence
Pour tous les cœurs est un charme trop doux
Tel accident n’est mort d’homme, entre nous.
Pleurs et soupirs pourront en cette terre
Régner alors ; puis par une autre guerre
Ils passeront aux climats du matin ;
Et ne se doit reposer la Victoire
Que, tous les Turcs faits Français à la fin,
De trois grands dieux leur vainqueur n’ait la gloire :
Ces trois dieux sont Mars, Amour, et Jupin.

Mars est entré le second dans la lice :
Ce temps doit faire admirer un héros,
Un rejeton du maître en l’exercice
Qui fait les dieux ; car ce n’est le repos.
Son petit-fils l’aura dans ses travaux
Pour précepteur à lancer le tonnerre,
A bien régner, à conduire une guerre ;
Au prix de lui, novices en cet art
Sont réputés Alexandre et César.
Telles leçons finiront la carrière
Du nouveau-né qui, dans un long destin,
De trois grands dieux fournira la matière
Ces trois dieux sont Mars, Amour, et Jupin.

Envoi à Mme La Dauphine

Princesse aimable, et vous, digne Dauphin,
Vos qualités ont formé cet ouvrage,
Triple chef-d’œuvre, enfant plus que divin,
Qui de trois dieux fera voir l’assemblage :
Ces trois dieux sont Mars, Amour, et Jupin.

 

– (figure), Les astrologues figuraient le Thème d’un individu, c’est-à-dire la situation des étoiles au moment de sa naissance; et ensuite ils conjecturaient les diverses fortunes de sa vie future.

Walckenaer

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.