Antoine Furetière

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Antoine Furetière :


Antoine Furetière, né en 1620, reçu membre de l’Académie française le 15 mai 1662, mourut à Paris le 14 mai 1688, à l’âge de soixante-huit ans. Il avait été l’ami de Boileau, de Racine, et de La Fontaine; mais il se brouilla avec eux, et avec tous ses confrères, pour la malheureuse affaire du dictionnaire…. La Fontaine, impatienté des injures de Furetière, fit contre lui une épigramme, que l’on trouvera ci-après. Furetière répliqua par trois ou quatre autres épigrammes. Boyer ayant écrit ensuite un sonnet adressé au chancelier, dirigé contre Furetière, celui-ci répondit par un autre sonnet non seulement se terminant par les mêmes rimes, mais par les mêmes mots, et adressé au chancelier, plein de fiel et d’injures. C’est pour répliquer à ce sonnet de Furetière que La Fontaine a composé ce sonnet, qui se termine aussi par les mêmes mots que ceux de Furetière et de Boyer.

Boyer, parlant de l’Académie, avait terminé son sonnet adressé au chancelier par ces quatre vers :

Nous consacrons nos voix à la gloire du roi.
Si notre retenue enhardit l’impudence,

Le mérite et l’honneur se reposent sur toi.
Oracle de Thémis, venge notre silence.

Furetière avait terminé sa réponse par ceux-ci :

Leurs pensions font tort à la gloire du roi.
Il leur faut pour répondre un excès d’impudence ;
Mais tout déguisement disparait devant toi.
Oracle de Thémis, excuse leur silence.

(Œuvres de La Fontaine,Walckenaer, Lefèvre, 1827)

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.