Un Animal dans la Lune, origine

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Animal dans la Lune


Le chevalier Paul Néal, un des membres de la Société royale de Londres, prétendit un jour avoir aperçu, au travers de son télescope, un éléphant dans la lune. Le fait examiné avec l’attention qu’il méritait, on finit par découvrir que l’éléphant n’était qu’une souris qui s’était glissée entre les verres du télescope. Le bruit de cette singulière aventure se répandit bientôt en Europe, et l’on s’en amusa beaucoup aux dépens de la science et de ses sectateurs. Samuel Butler fit longtemps après, sur ce sujet, une espèce de poème ayant pour titre : l’Éléphant dans la Lune, qui est une satire contre la Société royale de Londres.
La Fontaine, lorsque ce fait venait de se passer, versifia sa fable intitulée: l’Animal dans la Lune. Mais, plus philosophe que Butler, loin de se moquer de l’erreur du chevalier Néal, il en prend occasion de se répandre en réflexions pleines de justesse sur les erreurs que nos sens impriment à nos jugements, dans des vers où la mesure et la rime ne nuisent en rien à la clarté des renseignements métaphysiques, et en ôtent seulement la sécheresse. Par une transition naturelle, il passe du fait qui faisait l’objet de l’apologue à l’éloge de Louis XIV et à celui de Charles II, et enfui à des vœux pour la paix, qu’il a renouvelés toutes les fois qu’il en a pu trouver l’occasion. Mais il le fait de manière à ne pas blesser la politique de son roi, et il use des ménagements que les circonstances d’alors exigeaient.

La paix fait nos souhaits, et non point nos soupirs.
Charles en sait jouir : il sauroit dans la guerre
Signaler sa valeur, et mener l’Angleterre
A ces jeux qu’en repos elle voit aujourd’hui.
Cependant, s’il pouvoit apaiser la querelle,
Que d’encens! Est-il rien de plus digne de lui ?

Vie et ouvrages de La Fontaine
Par Walckenaer

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

On vous recommande : l'Art de lire les fables

C’est à l’usage de ceux qui lisent mal les Fables de La Fontaine, et de ceux qui es lisent trop bien, que nous publions ces essais de lecture à haute voix ou de récitation. La méthode, s’il est permis de donner ce nom ‘à une nouvelle disposition typographique, est simple et d’une application facile. Elle consiste seulement à suivre, en lisant, les indications suivantes qui ont rapport à la ponctuation, au trait —, au double trait =, à l’alinéa et aux mots italiques. La ponctuation simple — représente une pause variable...

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.